Réalisation et Conception du Blog : Jean-Marc Coquelle

Cette page d'informations concernant Buhl n'est pas une émanation des Élus de la Municipalité de Buhl ni au service de ces derniers.


Réalisation et Conception du Blog : Jean-Marc Coquelle

28 décembre 2011

Après les 5 semaines du chantier Tous ensemble

Une maison pour Noël



Antoine Tanga et ses deux filles ont pu pénétrer dans leur nouvelle
maison quelques jours avant Noël. Photo DNA


Antoine Tanga et ses deux filles, Delphine et Mathilde, ont fêté Noël avant l’heure cette année. Ils se doutaient bien qu’ils allaient être gâtés. Et pour cause. Le père de famille avait fait appel à l’émission de TF1 « Tous Ensemble » pour l’aider à bâtir sa maison après avoir été arnaqué par l’entreprise chargée de mener à bien son chantier.

À la mi-novembre, l’équipe de production est venue s’installer dans la rue de la Carrière à Buhl, à côté de Guebwiller, pour filmer l’érection d’une demeure en bois. Un chantier inédit pour le présentateur Marc-Emmanuel et son équipe qui ne s’étaient occupés jusque-là que de maisons déjà partiellement construites.



La maison a été livrée juste avant Noël. Photo DNA


Grâce à l’aide et à la générosité de 200 bénévoles, artisans et entreprises locaux, qui ont apporté gratuitement savoir-faire, matériel et matériaux, le rêve est devenu réalité pour Antoine qui a vécu les cinq semaines de travaux à l’écart de son terrain, histoire de ménager l’effet de surprise. Et émotion il y a eu le 20 décembre dernier lors de la remise des clés devant les caméras. L’émission a été diffusée le jour de Noël sur TF1.

Regarder ou Revoir l’émission Tous Ensemble tournée à Buhl en  HD :

25 décembre 2011

Tous ensemble croit au Père Noël





Hier, sur TF1, les téléspectateurs ont pu découvrir le déroulement des travaux menés par l’équipe de Tous Ensemble, à Buhl. En effet, pendant près de cinq semaines, l’équipe de télévision a fait appel à
la générosité des Alsaciens pour aider Antoine Tanga à offrir un toit à ses deux filles, Mathilde et Delphine, pour Noël.

 C’est avec émotion que le Buhlois revient sur son histoire et nous livre ses impressions sur sa nouvelle maison. Devant son petit écran, c’est avec la France entière qu’Antoine Tanga a lui aussi découvert, hier, le soutien que lui ont apporté des célébrités de la région telle que DelphineWespiser, la nouvelle Miss France, ou encore Sébastien Loeb, pilote de rallye.


Marc-Emmanuel (au centre) est l’animateur de l’émission Tous Ensemble
 diffusée sur TF1.Hier, la chaîne de télévision a rendu hommage aux 200 bénévoles
 qui ont oeuvré durant cinq semaines afin d’offrir un toit
à Antoine Tanga et ses deux filles.    Photo Victoria Karel



Regarder ou  Revoir l’émission Tous Ensemble tournée à Buhl  en  HD:


http://www.metacafe.com/w/7977528


( Source L'Alsace )

Tous Ensemble : « J’avais promis à mes filles un toit pour Noël »

Pendant près de cinq semaines, l’équipe de Tous Ensemble a fait appel à la générosité des Alsaciens pour aider Antoine Tanga à offrir un toit à ses deux filles pour Noël. Alors que l’émission a été diffusée hier sur TF1, le Buhlois revient sur son histoire et nous livre ses impressions sur sa nouvelle maison.


Antoine Tanga, ses filles Mathilde et Delphine, fêtent Noël dans la maison
 construite à Buhl par les bénévoles de Tous Ensemble. Photos Victoria Karel


 Antoine Tanga, pourquoi avoir fait appel à l’équipe
 de Tous Ensemble ?

J’avais fait la promesse à mes deux filles, Mathilde et Delphine, d’avoir un toit pour les accueillir à Noël. Avec leur mère, nous sommes divorcés, j’ai donc cherché un autre lieu où m’installer. La tâche n’a pas été simple, on m’a mis beaucoup de bâtons dans les roues. J’ai d’abord acquis un terrain non loin des filles à Buhl. Mais le commercial de l’agence immobilière a voulu le céder à quelqu’un d’autre. Heureusement, l’ancienne propriétaire m’a soutenu. J’ai ensuite eu des soucis avec le permis de construire que j’ai dû renouveler trois fois. Enfin, l’entreprise qui avait commencé à me poser les fondations et le squelette en bois de la maison, a fait faillite. Je leur avais avancé 50 000 €. C’était toutes mes économies, je ne savais plus quoi faire. Mon frère Nicolas, qui m’hébergeait sur son canapé en attendant, m’a conseillé de contacter l’émission Tous Ensemble .  Je leur ai donc envoyé un dossier leur expliquant ma situation.

Quelle a été votre réaction en apprenant que Tous Ensemble vous avait choisi ?

C’était le 15 novembre. Le présentateur Marc-Emmanuel est venu me l’annoncer. Quand je l’ai vu devant la porte, ça a été un soulagement. Mathilde me dit souvent qu’il a été comme le Père Noël. Je tiens à remercier l’équipe de Tous Ensemble. Sans oublier les bénévoles qui se sont mobilisés. C’est fou parce qu’ils ne me connaissent pas ! Comme quoi la solidarité et la générosité existent en Alsace mais aussi partout ailleurs. Grâce à eux, je peux passer un Noël joyeux, et bien d’autres par la suite, avec mes filles.

Comment trouvez-vous la maison ?

Même si j’ai encore du mal à prendre mes repères et à me dire que je suis chez moi, je la trouve magnifique ! Et les filles adorent leur chambre avec la déco de style New York pour Mathilde et princesse pour Delphine. Pour moi, c’est ambiance cinéma. Mais la pièce que je préfère reste le salon avec ses baies vitrées qui donnent sur les vignes et la montagne. Je remercierai éternellement toutes ces personnes qui m’ont aidé à avoir un toit pour Noël.

Un chantier médiatisé

À Buhl, les caméras de TF1 ont suivi les différentes étapes de la
 construction de la maison.

Hier, sur TF1, les téléspectateurs ont pu découvrir le déroulement des travaux menés par l’équipe de Tous Ensemble, à Buhl (lire ci-contre). « Près de 200 personnes se sont relayées tout au long du chantier. En plus des bénévoles venus prêter main-forte, des artisans ont apporté leur savoir-faire.

Des entreprises ont aussi fait don de matériaux ou de mobiliers, notamment ADD Pub ou encore Vima, et son directeur Jacques Bilde, qui nous a fournis 2 000 € de matériel, dont les bonnets de Noël que portent les bénévoles dans l’émission », explique Alexandre Graff, l’assistant-réalisateur.

 La maison a été dévoilée à Antoine Tanga et ses filles, Mathilde et Delphine, mardi dernier : « J’ai pu la découvrir tranquillement avec mes filles avant d’être accueilli par les chants de Noël de petits lutins alsaciens ! » Et c’est avec la France entière qu’il a lui aussi découvert, hier, le soutien que lui ont apporté des célébrités de la région telle que Delphine Wespiser, la nouvelle Miss France, ou encore Sébastien Loeb, pilote de rallye.



 
Avec beaucoup de bonheur et d’émotion, Antoine Tanga et ses filles
ont découvert leur maison, un magnifique cadeau de Noël.

Regarder ou  Revoir l’émission Tous Ensemble tournée à Buhl  en HD :


( Source L'Alsace )


Bourse aux vêtements : Un rendez-vous incontournable

Organisée par l’association parentale en charge du périscolaire dans la commune, la bourse aux vêtements qui s’est tenue dernièrement à la salle de gymnastique de Buhl a connu un très beau succès aussi bien en terme de fréquentation qu’en volume d’échange.


Beau succès pour la bourse aux vêtements. PHOTO DNA-b.fz.

 
Avec une quarantaine d’exposant(e)s proposant à la revente d’occasion, de privé à privé et à prix doux, uniquement des vêtements et des jeux pour bébés et enfants ainsi que du matériel de puériculture, et des centaines de chalands/acheteurs, la manifestation s’inscrit désormais dans les événements incontournables du monde associatif dans la vallée.
Cette bourse comportait également un versant humanitaire puisque les exposants étaient invités à offrir chacun quelques invendus à l’association "Un sourire pour le Togo" qui fait partir avant la fin de l’année un conteneur vers l’Afrique.


( Source DNA )

23 décembre 2011

Environnement : De nouvelles essences d’arbres

Plantation d’arbres, mise en place de massifs floraux et utilisation d’engrais bio : la ville de Buhl soigne le cadre de vie de ses habitants.



Le liquidambar à feuilles pourpres planté sur la butte entouré par Marianne Loewert,
Michel Trasmundi et David Cordelier.   Photo Bernard Erhard

 
Dans le cadre de l’aménagement, la création et la plantation d’espaces verts, le service technique de la ville de Buhl vient de planter quelques nouvelles essences : un liquidambar à feuilles pourpres et un magnolia à fleurs blanches sur la butte rue de l’École et un érable boule rue du Ballon.

« Les habitants m’interpellent souvent pour me demander pourquoi les anciens arbres ont été abattus. Je tiens à préciser que c’était par mesure de sécurité, après avis et diagnostics établis par l’ONF suite à plusieurs tempêtes ces derniers mois », explique Marianne Loewert, l’adjointe chargée de la commission fleurissement et environnement.

« Les plantations d’arbres vont se poursuivre, notamment près du collège du Hugstein et dans la cour de l’école maternelle, place du Marché. Les enfants pourront choisir dans une liste de propositions l’arbre qui leur dispensera de l’ombre », confie Michel Trasmundi, responsable des ateliers municipaux. Il confirme que la commune continuera à mettre en place des massifs floraux pleine terre, mais également d’utiliser des engrais bio.

« Nous bénéficions de la venue de David Cordelier, spécialiste en espaces verts, qui a intégré le service buhlois au mois de mars de cette année », se félicite Michel Trasmundi.


( Source L'Alsace )

20 décembre 2011

Le Noël des jeunes guitaristes

Les jeunes guitaristes pour leur premier concert.
  Photo Bernard Erhard

 


L’éveil musical de la MJC de Buhl comporte deux pupitres avec d’une part l’initiation au synthétiseur et d’autre part l’initiation à la guitare. Vendredi soir, les guitaristes en herbe se sont retrouvés au Cercle de Buhl pour présenter leur acquis suite à une pratique moyenne d’une année sous la direction de Marc Gimenez de l’AMAS (Association musicale Amitié de Staffelfelden).

Les élèves de 6 à 15 ans, hormis un jeune senior, ont présenté des airs de fêtes à leurs parents et amis accueillis par la vice-présidente de la MJC de Buhl Nathalie Corti. L’excellence de cette animation musicale a été donnée par Mathieu Henn, 14 ans, médaille d’or et coupe régionale, qui s’est récemment classé deuxième au niveau national, à Chaville, dans la région parisienne.

 Il a séduit le public dans un registre qui est sa passion quotidienne. À l’issue de cette audition, ils se sont tous retrouvés pour le verre de l’amitié.

( Source L'Alsace )

19 décembre 2011

Fête de noel de L' OMSC

Photo Bernard Erhard

La vingtaine d’associations de l’OMSC (Office municipal des sports et de la culture) de Buhl gère tout au long de l’année 176 jeunes de la commune. Comme tous les ans à pareille époque, l’OMSC en partenariat avec la municipalité et les clubs de la cité Saint-Jean, propose aux jeunes des associations buhloises de fêter Noël. Samedi après midi, plus d’une centaine de jeunes sont allés au cinéma du Florival à Guebwiller pour suivre la séance de la mi-journée avec Mission : Noël, un film de Sarah Smith.

Les jeunes se sont ensuite retrouvés au Cercle à Buhl pour une distribution de Mannalas et de boissons avant de récupérer le superbe livre offert à chacun par les organisateurs.

( Source L'Alsace )

17 décembre 2011

A la rencontre de Jean-Marie Haesslé

Il a quitté le Florival il y a près de 50 ans pour une aventure artistique incertaine. Le peintre originaire de Buhl est installé à New York et expose aujourd’hui dans le monde entier. De Milan au Nouveau-Mexique en passant par Séoul et Strasbourg jusqu’au 7 janvier. Rencontre avec Jean-Marie Haesslé, un dimanche pluvieux à la galerie Chantal Bamberger.

« New York c’est ma ville dont j’ai partagé les joies, les angoisses et les drames.
 Le 11-Septembre, j’ai été Américain ! », souligne Jean-Marie Haesslé.
PHOTOS DNA-b.fz.


S’il fallait emprunter au vocabulaire administratif pour décrire celui avec qui rendez-vous a été pris par courrier électronique de part et d’autre de l’Atlantique, les mots seraient d’une banalité affligeante, évoquant tour à tour l’imperméable passe-partout, la démarche discrète, la taille moyenne, le cheveu rare sous un bonnet anonyme… s’il n’y avait le regard flamboyant sans cesse en alerte, et les mains qui accompagnent inlassablement la parole, semblant dessiner le monde dans l’espace. Une parole calme, discrète, qui paraît par moments toute étonnée des mots qu’elle porte, de l’histoire qu’elle véhicule. À 72 ans, dont 44 en qualité de résident à New York et près de 40 à vivre exclusivement de sa peinture, Jean-Marie Haesslé a quelquefois l’air surpris de son parcours de créateur, des coups de pouce du destin, de sa notoriété dans le monde implacable de l’art contemporain.

Des débuts aux MDPA


Une histoire qui débute dans le Florival à la veille de la Seconde Guerre mondiale, et voit s’enchaîner une enfance à Buhl, un apprentissage sans passion au métier d’ajusteur aux MDPA puis à 17 ans, comme un discret coup de pouce d’un destin improbable, un long séjour à l’hôpital Pasteur de Colmar. « Lors d’une de ses visites avec mes parents, mon frère m’a offert un petit livre sur l’impressionnisme ; ce n’était pas un de ces beaux et gros ouvrages luxueux comme on sait les faire aujourd’hui, mais pour moi ce jour a radicalement changé le cours de ma vie. Je ne savais pas dessiner, je ne connaissais rien aux techniques et encore moins à l’histoire de la peinture, mais très prétentieusement j’ai annoncé : « C’est ça que je veux faire, peindre et vivre de la peinture. » A l’ajustage se substitue le dessin industriel, les pinceaux et les premières toiles apparaissent dans l’environnement d’un parfait autodidacte qui copie Cézanne et Gauguin pour se faire la main, mais qui avoue « être allé dans bien des impasses techniques. J’aurai dû demander de l’aide, des conseils, mais ce n’était pas mon caractère. Aujourd’hui encore j’ai le sentiment d’être alors passé à côté de quelque chose, d’avoir oublié d’apprendre à dessiner ! »

Il débarque à New York avec 200$ en poche


Jean-Marie Haesslé a quitté la France en 1967
pour s’installer à New York et y faire carrière
.. PHOTO DNA-b.fz.
Trois ans de service militaire dont 18 mois en Algérie freinent l’élan créateur de Jean-Marie Haesslé qui, rendu à la vie ordinaire, s’installe à Paris, « côtoie de vrais artistes avec la bande de la Palette rue Jacques-Callot, mais pour survivre [je] travaillais comme dessinateur chez des architectes. » Il rencontre une jeune Américaine, l’épouse (et en divorce quelques années plus tard)… et la suit à New York en juillet 1967 « avec 200$ en poche et de très rudimentaires notions d’anglais ; mais en une semaine on m’a délivré ma carte verte (actuellement il faut des mois, quand on l’obtient !). Quelques jours après mon arrivée, alors que je faisais la queue pour un rendez-vous d’embauche chez CBS, un employé avise mon look barbe/cheveux longs/allure décontractée, m’interpelle et me demande si je suis “artiste “. Je lui montre quelques maquettes… et c’est ainsi qu’au lieu d’intégrer le service de maintenance de l’immeuble, mon ambition première, j’ai rejoint Columbia, la division disques de la maison ! »

Premier boulot dans une maison de disques


Il se souvient d’une ambiance géniale et « d’un boulot passionnant qui m’a fait rencontrer aussi bien Janis Joplin dont j’ai réalisé la pochette du premier disque “Cheap Thrills “(avec Big Brother and the Holding Company) avec un dessin de Robert Crumb, et Leonard Cohen débutant… que le flûtiste Jean-Pierre Rampal qui s’amusait à railler mon américain prononcé avec l’accent alsacien… que j’ai toujours un peu, 40 ans plus tard ! Il semble qu’à cette période Tomi Ungerer ait travaillé dans le même immeuble que moi, mais nous ne nous sommes jamais rencontrés. […] Rapidement, je me suis installé à Greenwich Village, dans un immeuble d’artistes, mais je n’arrivais pas à adopter la ville. En 69, je suis revenu un temps à Paris, et j’ai eu un choc en retrouvant, comme si je ne les avais jamais quittés, les mêmes gens, aux mêmes endroits, parlant des mêmes choses… J’ai tout d’un coup compris que là où l’histoire artistique était en train de s’écrire, là où la création était en marche, c’était à NY. Et c’est devenu ma ville ! J’ai commencé à bien vendre quelques toiles et en 75, pour une somme relativement modique, j’ai acheté, comme d’autres artistes, un atelier de 240m² avec quatre mètres de plafond dans un immeuble à Soho ; aujourd’hui, vu le prix atteint par le foncier à Manhattan, c’est une chose qui me serait impossible ! Depuis 1978 je me consacre exclusivement à la peinture. »

Un atelier dans Soho


Durant cette période des années 70 où New York a réellement conquis le titre de capitale de la création, Jean-Marie Haesslé a tissé des liens artistiques et personnels forts avec bien des personnalités aujourd’hui quasi panthéonisées, « notamment avec Louise Bourgeois, qui était alors une artiste pour artiste, une créatrice étonnante mais alors peu connue du grand public. Mais la rencontre la plus importante reste sans conteste celle avec Bernar Venet (auquel on doit notamment l’immense sculpture “serpentin “en fer de la place de Bordeaux à Strasbourg, ndlr), une amitié toujours d’actualité. Un type très fort, foisonnant d’idées et de projets, qui au bout d’une heure de discussion me donne envie de me précipiter à l’atelier et de me jeter dans la création. »
Depuis plus de trente ans, la vie du peintre alterne période de création intense et quasi solitaire dans l’atelier au cœur du quartier le plus « in » de la Grosse pomme, et confrontation de son travail avec l’œil des critiques et des acheteurs (la côte de JHM atteint 40 000 € pour une grande toile). Plus d’une centaine d’expositions dans le monde entier, une présence dans nombre de collections publiques et privées, deux grandes rétrospectives en préparation (Séoul et Long Island) pour 2012… Le travail récent qu’il donne à voir chez Chantal Bamberger à Strasbourg (DNA-Reflets du 10 décembre) est comme un aboutissement de quarante ans de création : non figuratif, éclatant d’énergie et de lumière, foisonnant de couleurs et pourtant presque monochrome, joyeux et aérien… et toujours un peu sous influence impressionniste !

Citoyen américain depuis mars


Après avoir repoussé sans cesse l’évidence, Jean-Marie Haesslé s’est « enfin » décidé à sauter le pas. Depuis le mois de mars, il est officiellement de nationalité américaine… tout en conservant la française d’origine. « Il était finalement logique que ma civilité soit en adéquation avec ma localisation artistique, avec l’environnement qui nourrit ma création. Une ville, un pays, dont j’ai partagé les joies, les angoisses et les drames. Le 11-Septembre 2001, j’ai été Américain ! »
Jean-Marie Haesslé expose ses toiles à la galerie Chantal Bamberger, 16 rue du 22 novembre à Strasbourg, jusqu’au 7 janvier 2012 ; de 14h à 19h, du mardi au samedi. Renseignements au ? 06.10.26.12.52.

( Source D N A par b.fz.  )

Le Noël des P’tits potes

Les P’tits potes avec le conteur préparant le jus de pommes en live.  Photo Bernard Erhard


Les P’tits potes du service jeunesse de Buhl ont fêté Noël, jeudi soir, au cercle. Plus d’une cinquantaine de parents et d’enfants se sont retrouvés pour partager en fin de soirée un moment de convivialité avec les animatrices : Emmanuelle, Laurence, Sophie, Véronique, Jessica et Emma.

Au programme des enfants, à midi le repas de Noël concocté par le boucher traiteur du village, un repas à thème : bonnet rouge et habits chics.

En début de soirée, Alain Perrichon, le conteur, s’est en un premier temps uniquement adressé aux enfants, puis, avec l’arrivée des parents, les contes leur étaient également destinés. Pour le verre de l’amitié, point de vin chaud, mais un jus de pommes chaud et quelques friandises.
Rappelons que les enfants sont pris en charge tout au long de l’année scolaire, à midi, à 16 h et le mercredi toute la journée.


( Source L"Alsace )

16 décembre 2011

Gymnastique : Nouvelles tenues pour les seniors

 

Le club Senior de la gymnastique buhloise étrenne son nouveau maillot.
  Photo Bernard Erhard


La société de gymnastique de Buhl a créé, il y a 5 ans, la section senior qui, aujourd’hui, rassemble près d’une trentaine de personnes de 50 à 75 ans, tous les mercredis soir, de 19 h à 20 h, à la salle de gymnastique. Sylvie Nuzzo et Carole Pfister, les deux monitrices, mènent la séance pour un maintien en forme adapté aux seniors. « Il y règne une bonne ambiance et, depuis le départ, il y a un noyau qui est resté fidèle.

Aussi ce soir, en cette sixième saison, pour récompenser leur assiduité, le club, avec ses propres deniers, a offert un maillot à tous les participants et participantes, maillots flockés Gym Senior Buhl, précise le président Daniel Gauss qui ajoute : Ils le méritent puisque leur investissement est certes sportif, mais ils n’hésitent pas non plus à donner un coup de main lors des différentes manifestations annuelles. »

( Source L'Alsace )

15 décembre 2011

La cigale en concert : Noël en chansons

Le chœur d’enfants de Guebwiller « La Cigale du Florival » a donné dimanche un concert remarqué dans l’église de Buhl. Un spectacle de circonstance au cours duquel les enfants ont invité l’assemblée à se préparer aux fêtes de Noël.


Des saynètes pour illustrer le concert de la Cigale. PHOTO DNA

Baptisé « Noëls traditionnels et de toujours », ce concert s’articulait autour de quatre tableaux et un épilogue. Ainsi au gré de leur interprétation « les choristes » ont tout doucement cheminé vers la fête de la Nativité.
La première partie « Dans le silence de la nuit » a mis en avant des chants connus comme Mon beau sapin ou La légende de saint Nicolas. Vint ensuite le temps de l’attente de Noël avec la présentation de chants religieux. Puis le grand moment, « C’est Noël », tableau qui a vu l’interprétation de chants populaires sur le thème de la naissance du Christ comme Minuit chrétien ou Douce nuit.

Dans la mémoire collective…


Il fut ensuite question des Rois mages dans le dernier tableau « Noël c’est la fête sur la terre ». Enfin l’épilogue « Que la paix soit sur le monde » était centré sur le chant de variété Mille colombes.
Bref, ce concert a été un moment particulièrement plaisant, un moment où le public a pu réentendre les chants de Noël ancrés dans la mémoire collective avec une interprétation soignée devant un directeur, Claude Jeannin, qui avait l’œil partout et agrémentée d’un accompagnement musical au piano signé Hervé Crenner. Un temps qui se voulait à la fois fort et festif alors que la fête de Noël approche à grands pas. Une fête dont la Cigale du Florival n’a pas oublié la signification religieuse.



( Source  DNA   )

14 décembre 2011

Faits divers : Un cheval comtois en mauvaise posture




Les grands moyens ont été employés pour sortir le cheval comtois qui était tombé
 dans une fosse, hier matin, au relais équestre Les perles noires, à Buhl.
Photo Bernard Biehler


Hier, à 7 h, alors qu’ils allaient nourrir comme tous les jours leurs chevaux, les gérants du relais équestre Les perles noires de Buhl ont eu la mauvaise surprise de voir Castor, un de leur cheval comtois, couché sur le dos, les quatre fers en l’air dans une fosse de l’étable. Les planches qui recouvraient la fosse ont cédé sous le poids de l’animal, qui pèse près de 900 kg.

Les gérants ont alerté les sapeurs-pompiers de Buhl, venus rapidement sur les lieux, dirigés par le chef de groupe Jean-Pierre Reinprecht du centre de secours de Soultz.

L’équipe cynophile de Mulhouse était également sur place, ainsi que le vétérinaire du SDIS pour administrer un sédatif afin d’endormir le cheval pour qu’il puisse être sorti de cette mauvaise posture. Pour cela, les grands moyens ont été employés avec la présence sur place d’un engin de relevage des services techniques de la Ville de Guebwiller


( Source L'Alsace )

Fête Noël personnes âgées

Les pomponnettes chez les aînés de Buhl


Photo Bernard Erhard

Dimanche, près de cent cinquante aînés, âgés de plus de 70 ans, ont participé à la fête Noël organisée pour eux par la municipalité de Buhl. Marianne Loewert, l’adjointe de la commission des personnes âgées n’a pas manqué de saluer l’assistance et surtout de rappeler que les couples, qui ont envahi la piste de danse, démontraient bien que les retraités Buhlois étaient encore dynamiques.

En effet, ils ont pu évoluer au rythme du Gruass u’sm Blamathal, après avoir applaudi les Pompinettes de l’amicale des sapeurs-pompiers d’Issenheim sous la baguette de Marinette Schmuck qui ont repris les tubes du temps des Yéyé et de Claude François avant une belle crèche vivante.

Les doyens de cette fête étaient Madeleine Guthleben, 89 ans et René Saenger, 87 ans. Tous les Buhlois, de plus de 70 ans, soit au total 450 personnes, ont déjà reçu à leur domicile leur colis, qui provient des commerçants locaux.

( Source L'Alsace )

11 décembre 2011

Le Téléthon a toujours ses adeptes

Le Téléthon florivalien, proposé pour la 15 e année consécutive par la MJC de Buhl, a connu son apothéose, dimanche dernier, bien que ce n’est que mardi que les élèves de l’école Koechlin ont clos cette édition 2011, par la course d’endurance.


Corrida de Buhl : départ des poussins et benjamins.   Photos Bernard Erhard

Après le cyclo-cross du 27 novembre, les courses d’endurance des primaires du Haut-Florival le 21 novembre ; les épreuves d’Issenheim le 25 novembre et de Guebwiller le 29 novembre, place à la 10 e corrida du Téléthon, dimanche dernier, dans les rues de la cité Saint-Jean.

Une fois de plus, les coureurs de tous âges ont répondu présents, malgré une météo peu favorable. Ce sont néanmoins 130 courageux qui ont pris le départ, ne contestant à aucun moment la suprématie de Cédric Oesterlé, qui a remporté, pour la 5 e année consécutive, cette 10 e édition de la corrida (lire notre édition du 5 décembre). L’on notera la participation massive des membres du FAST de Guebwiller, venus en voisins pour tester leur forme hivernale.

Quatre courageux



Malgré une faible participation, Gaston Lidy a néanmoins conduit bénévolement
la visite des carrières.  Photos Bernard Erhard


En revanche, malgré météo maussade, la promenade À la découverte des carrières de Buhl, en traversant le vignoble sous la conduite de Gaston Lidy, a néanmoins réuni quatre téméraires qui ont bravé la pluie, la boue et le brouillard.   Chapeau.

Heureusement, l’après-midi, le concert de Noël proposé par la chorale La cigale du Florival à l’église Saint-Jean-Baptiste de Buhl a permis aux organisateurs de retrouver le sourire, avec une belle audience florivalienne.


( Source L'Alsace )

9 décembre 2011

Saint-Nicolas : Une fête éblouissante pour petits et grands

Pour la 3 e édition de la Saint-Nicolas, la place de l’Église de Buhl était noire de monde pour fêter le saint homme avec la fanfare des Hussards d’Altkirch et les petits lutins.


Les Hussards d'Altkirch à Buhl: une première
grâce à l'OMSC.  Photo Bernard Erhard
Vendredi soir, l’Office municipal des sports et de la culture de Buhl n’a pas seulement conquis le cœur des enfants, mais également le cœur des parents et adultes.

Avec au programme de la fête de la Saint-Nicolas la fanfare des Hussards d’Altkirch, en tenue Empire, le public florivalien a répondu présent, malgré un temps frais et pluvieux.

En effet, la place de l’église Saint-Jean-Baptiste de Buhl était noire de monde, les enfants avec les lampions en première ligne, les parents et adultes sur plusieurs rangées à l’arrivée des Hussards.





L’arrivée des lutins

Puis, dans la pénombre, des petites formes humaines apparaissaient peu à peu du fond de la place : les lutins, personnages de nos croyances populaires s’étaient invités aux festivités.

les lutins ont distribués les friandises aux enfants.  Photo Bernard Erhard


Souvent taquins, toujours travailleurs et un peu fous, ils ont dansé, chanté, sauté de joie pour partager la fête avec les enfants à qui ils n’ont pas manqué de distribuer les friandises. Les moines de Murbach venant de leur vallon, ont également rallié la place, comme l’an passé, avant saint Nicolas venu saluer les enfants accompagnés du Père Fouettard. Après quelques morceaux choisis par la fanfare des Hussards, tous se sont dirigés en cortège, place du Marché.

Hussards et lutins au cœur de la fête de saint Nicolas.  Photo Bernard Erhard


« L’OMSC de Buhl recherche l’originalité des traditions avec pour thème une musique adaptée à l’événement. Nous sommes le catalyseur de toutes les associations et donnons dès à présent rendez-vous aux Florivaliens le 21 décembre, le jour du solstice d’hiver, pour fêter le sapin », commente le président, Yves Coquelle, à l’issue du concert de la fanfare des Hussards d’Altkirch, authentique formation de prestige et de tradition que bon nombre de Florivaliens ont eu le privilège d’écouter pour la première fois.


Saint Nicolas a rendu visite à tous les enfants. Photo Bernard Erhard


 Les séances de photo avec saint Nicolas et les lutins ont connu l’affluence, tandis que les 35 kg de Mannalas (deux bonhommes de 3 m) offerts par les boulangers buhlois ainsi que les 12 litres de chocolat chaud, 35 kg de chocolat et papillotes fondaient à vue d’œil, alors que le vin chaud coulait également à flots. Le rideau vient de tomber et déjà trottent les nouveautés pour l’année prochaine.


         (  Source L'Alsace par Bernard Erhard   )

8 décembre 2011

Médaillés et Sainte-Barbe

La Sainte-Barbe des hommes du feu à Buhl s’est déroulée, samedi après-midi, au dépôt, en présence des adjoints Yves Coquelle et Marianne Loewert, du lieutenant Daniel Reich, adjoint au centre de secours de Guebwiller, d’Hubert Reich, chef de corps du centre de première intervention de Buhl.


Les médaillés des sapeurs-pompiers de Buhl et les officiels.  Photo Bernard Erhard


 Lors de la partie officielle, en présence d’une délégation du corps guebwillerois, la médaille de vermeil des sapeurs-pompiers pour 25 années de service a distingué l’adjudant-chef Pascal Vogel, le sergent-chef Patrick Blum et le caporal-chef Joël Flory. La médaille pour 25 années de fanfare a été remise à Michel Koch, pour 15 années de fanfare à Raphaël Bucher et, pour 10 années de fanfare, à Jonathan Bodein.


À l’occasion de cette cérémonie, Franck Solinas a dirigé pour la dernière fois la fanfare buhloise. Dirigeant cette formation depuis 7 ans, il est entré à la fanfare il y a vingt ans et a eu pour instructeur Jean-Paul Hurth et Sébastien Flory. Lors de la soirée festive, i l a été mis à l’honneur par les officiels.
Après la cérémonie officielle, les hommes du feu et les élus se sont retrouvés pour l’office religieux présidé par le père Moglo.

 ( Source L'Alsace )

Tous ensemble : Le show de la générosité

Une soirée de collecte de dons était organisée samedi à la salle des fêtes pour le compte de l’émission Tous ensemble sur TF1. Il s’agit de terminer avant Noël la maison de Tony, un habitant de Buhl.


Marc-Emmanuel, l’animateur de l’émission, chauffe la salle
 avec la Haxa Gugga de Rouffach.. PHOTO DNA


18 h 30 : La salle des fêtes semble encore bien vide. Les bénévoles reconnaissables à leur tee-shirt à l’effigie de l’émission sont à leur poste. Des amis de Tony, des anonymes qui ont eu vent de l’aventure sur les réseaux sociaux. De la générosité à revendre… Tartes flambées, cafés, boissons pour patienter, vente de bredalas et de mugs souvenirs… Peu à peu, la salle se remplit. Un public familial, des parents accompagnés de leurs enfants : « si on peut faire un geste pour aider Tony… » confie l’une des personnes présentes.

Une rumeur se fait insistante. Sur les ondes d’une radio locale Sébastien Lœb, parrain de la manifestation, serait annoncé. Ses admirateurs se pressent déjà à l’entrée. Rumeur (malheureusement pour ses fans) démentie par la suite.

Marc-Emmanuel, l’animateur de l’émission est lui aussi objet de toutes les attentes. Il serait bloqué au marché de Noël de Colmar. Les musiciens de la Haxa Gugga de Rouffach dans leur scintillant costume s’échauffent, le groupe folklorique mulhousien ACVM en costume alsacien est prêt lui aussi.

19 h 30 : Ça s’agite du côté de l’entrée. « IL arrive ! » De l’enthousiasme et de l’énergie à revendre, la star cathodique, accompagnée par les flonflons de la Gugga de Rouffach, se fraye un chemin dans la foule, embrasse les bénévoles, signe des autographes et pose pour les photos suivi par une nuée de caméras.

 Sur scène, il remercie l’Alsace pour son accueil, lance la tombola avec comme gros lot une chemise signée par Sébastien Loeb, appelle le public conquis à encore plus de générosité. Retour dans la salle. Pose avec les musiciens, petit pas de danse avec le groupe folklorique, une petite Alsacienne juchée sur ses épaules. Nouvelle séance d’autographes, photos, poignées de mains…

Un petit verre de blanc d’Alsace et le voilà déjà reparti vers d’autres horizons…

20 h : Les bénévoles, regonflés à bloc, continuent leur travail de fourmi. C’est sûr, Tony et sa famille auront leur maison pour les fêtes de Noël. La générosité n’est décidément pas morte !


( Source D N A )

6 décembre 2011

Une nouvelle entreprise :Du sang neuf dans la coiffure

Le monde de la coiffure s’agrandit avec l’arrivée d’Anaïs Pfertzel, buhloise, qui a lancé son entreprise de coiffure à domicile. Aujourd’hui, étant son propre patron, Anaïs veut parcourir les routes à la rencontre de ses clients.


Anaïs Pfertzel a lancé son entreprise de coiffure à domicile . PHOTO DNA

C’est depuis le mois de septembre qu’Anaïs Pfertzel a lancé son auto-entreprise de coiffure à domicile. Aujourd’hui, et certainement grâce à son talent, la clientèle d’Anaïs oscille entre 60 et 70 personnes.

De bons débuts pour la titulaire d’un CAP, d’un Brevet Professionnel passé chez Dominique Mess à Mulhouse et qui de surcroît a suivi un stage chez Jean-Louis Desforges à Paris, « un bon centre de formation », assure-t-elle. Peu attirée par le travail en salon, Anaïs s’est donc mise à son compte.
« C’est différent, on peut beaucoup plus parler que dans un salon et puis les clients se confient beaucoup plus et font plus confiance. Moi-même je suis aussi à l’écoute du client et ça, ça fait toute la différence. »

Attentive aux besoins de sa clientèle, « surtout dans le style de la coiffure », elle fait surtout du visagisme. Toujours attirée par le monde de la coiffure, Anaïs Pfertzel est soucieuse d’apporter sa touche personnelle.
Informations :"Anais coiffure a domicile" au   06 21 20 10 70 du lundi au samedi.


( Source D N A )

5 décembre 2011

10 éme corrida :Ils ont couru utile

C’est bien connu, le sport est bon pour la santé, mais il peut aussi l’être pour la recherche médicale sur les maladies génétiques.


Près de 120 coureurs ont pris le départ. Photo DNA


Pour la 10 e édition de la corrida de Buhl organisée par la MJC, près de 120 coureurs se sont élancés hier à 10 h, devant l’usine Continental biscuits. Une première moitié de participants s’était inscrite à l’avance au tarif de 5€, l’autre a pris son dossard le matin même moyennant 7 €. La course va donc rapporter quelque 700 € pour le Téléthon. « Les fonds sont intégralement reversés. Les coureurs qui se concentrent sur l’enjeu sportif privilégient d’autres courses », indique Maurice Emmenecker, directeur de la MJC et organisateur de la corrida depuis sa création.

D’ailleurs, pourquoi ce nom ? « Dans la région, les courses de 10 km sont appelées “foulées “ou “corrida “. Le mot me plaisait bien… ».


À raison de 5 boucles de 1,9 km dans les rues du village, les premiers devaient franchir la ligne d’arrivée, rue du 5-Février devant la MJC, sur les coups de 10 h 30. « Et les derniers vers 11 h », glisse M. Emmenecker, pour partager le pot de fin de course avec les meilleurs. « À côté de la course, il y a aussi un petit groupe de marcheurs qui visite le vignoble » précise l’organisateur.
La grande manifestation de la MJC en faveur duTéléthon prenait fin à 16 h 30, avec un concert donné par la Cigale du Florival à l’église.

( Source D N A )

3 décembre 2011

Sensibiliser au handicap à l’école



Accompagner pour insérer


 

L’inspectrice d’académie du Haut-Rhin, Maryse Savourey était en visite hier matin au collège du Hugstein à Buhl dans le cadre de la journée nationale de sensibilisation au handicap dans les établissements scolaires. Au programme, la visite d’une unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) pour des enfants souffrant de troubles autistiques qui fonctionne depuis 2009.


L’inspectrice d’académie du Haut-Rhin Maryse Savourey était en visite, hier matin,
 dans une classe d’ULIS au collège du Hugstein à Buhl. Photos DNA
                 

Dans la classe, les doigts se lèvent. Chacun veut montrer ses progrès à Maryse Savourey, l’inspectrice d’académie du Haut-Rhin. Lecture, explication de texte, passage au tableau numérique, les élèves de la classe ULIS au collège du Hugstein à Buhl étalent leur savoir sous les yeux de l’enseignante Séverine Pradel et de l’auxiliaire de vie scolaire (AVS) Jennifer Schermesser.

Une attitude qui ne va pas forcément de soi pour ces collégiens atteints de troubles du spectre autistique. « C’est notre troisième rentrée, les choses se sont mises doucement en place même si ’ils se sont vite adaptés, confie la professeur des écoles qui suivra ses élèves durant tout leur passage au collège. Il y a plusieurs groupes de niveaux et on essaie de faire fonctionner le tutorat et l’entraide pour rapprocher anciens et nouveaux. Certains vont également suivre des heures de cours dans des classes classiques pour s’imprégner de la différence pédagogique. Nous avons par exemple un passionné d’insectes qui se plaît à suivre des cours de SVT en 5 e. »

« Le parcours le plus adapté pour chaque enfant »


L’inclusion, et non pas l’intégration, scolaire est la démarche que veut suivre l’Éducation nationale dans le second degré avec les enfants handicapés. « Nous souhaitons leur fournir le meilleur accueil en milieu scolaire. Nous recherchons la formule et le parcours le plus adapté pour chaque enfant. Rien n’est figé, les orientations peuvent moduler la trajectoire de l’élève, insiste Maryse Savourey. Il y a une approche et un suivi individualisé, notamment grâce aux 300 AVS qui suivent une formation pour l’adaptation à l’emploi. »



Les élèves suivent un enseignement adapté à chacun.. Photo DNA - Julien-Thomas Will



Cette première journée nationale de sensibilisation au handicap dans les établissements scolaires a donc été l’occasion de valoriser les efforts fournis dans le Haut-Rhin, en partenariat notamment avec la maison départementale des personnes handicapées, pour insérer les élèves handicapés au milieu d’enfants de leur âge. Même si au collège de Buhl, ils bénéficient de quelques aménagements (arrivée à l’école à 8h30, dispositif à la cantine, etc.) pour ne pas les troubler. « Ils ont besoin d’un filet de sécurité, d’une continuité et d’une mise en confiance, indique Claudette Kornmann qui travaille au pôle psychiatrique des enfants et des adolescents au Centre Hospitalier de Rouffach et opère un suivi, conjointement avec les parents et l’équipe enseignante. Nous leur donnons des éléments cliniques pour mieux lire les comportements, cerner les apprentissages et comprendre ce qui peut faire peur. » Car en dépit des efforts communs, les crises peuvent intervenir n’importe quand. D’où l’instalaltion d’une ligne téléphonique dans la salle de classe...

Une bonne intégration dans le collège


Cependant, les élèves atteints de troubles du spectre autistique, originaires du secteur de Guebwiller, Soultz, Rouffach et Ensisheim, ont franchi un cap en se mêlant plus volontiers à leurs camarades. « Pour moi comme pour beaucoup, la classe ULIS était une découverte en 2009, avoue le principal du collège du Hugstein, Frédéric Brugger. Nous avons pu constater les progrès effectués. Ils participent tous à des activités au sein de l’établissement. Et ce sont eux qui ont le taux d’absentéisme le moins élevé. »

Faire comme les autres en prenant compte les spécificités de chacun, telle est la philosophie de l’accompagnement de ces enfants handicapés en milieu scolaire. « J’insiste sur la maîtrise de la langue et les mathématiques avec des objectifs très concrets, explique Séverine Pradel. Je suis là pour répondre à leurs besoins et adapter en conséquence leur apprentissage. » Et faire en sorte que la classe soit fière du travail accompli...




   ( Source D N A par J-T.W,    )

2 décembre 2011

Dimanche, corrida du Téléthon

Le second week-end du Téléthon buhlois sera essentiellement réservé à la course à pied, à la découverte des carrières et au concert.


L’équipe buhloise s’est mobilisée pour la 15 e fois au profit du Téléthon.
Photo Bernard Erhard

Depuis de nombreuses années, la commune de Buhl à travers la MJC, équipe organisatrice, est au cœur du Téléthon. D’année en année, les manifestations sont en constante augmentation dans le secteur.

Deux grands rendez-vous restent néanmoins au programme buhlois : le relais du cyclo-cross, qui a eu lieu dimanche dernier, et la 10 e corrida, ce 4 décembre. Cette manifestation connaît toujours un grand succès, avec la participation des ténors, mais aussi des coureurs du dimanche. Les coureurs emprunteront un parcours de 10 km ouvert à tous, dont le départ sera donné à l’usine Continental Biscuit à 10 h précises. Auparavant, ce sont les jeunes qui s’élanceront : à 9 h 30 pour les minimes cadets (garçons et filles) pour deux tours, soit 3,8 km, et, à 9 h 31, pour les poussins benjamins (garçons et filles) pour un tour de 1,9 km.

À la découverte du village


La nouveauté de cette édition, est la promenade « À la découverte des carrières de Buhl », ce dimanche 4 décembre. Cette sortie sur les hauteurs du vignoble se fera sous la conduite de Gaston Lidy, guide de randonnée. Le concert de Noël donné par la chorale La cigale du Florival clora cette animation, à 16 h 30, à l’église Saint-Jean.


Dimanche 4 décembre

9 h 30, départ de la corrida des jeunes.
9 h 30 : départ de la promenade « À la découverte des carrières ».
10 h, départ de la 9 e corrida du Téléthon.
16 h 30 à l’église de Buhl : concert de Noël donné par la chorale La cigale du Florival.
De 9 h à 15 h, au Cercle : vente de pâtisseries, buvette, vin chaud, casse-croûte, artisanat sur bois et petits objets

( Source L'Alsace )

Les lutins prêts pour la Saint-Nicolas fêtée ce soir

Photo Bernard Erhard


Pour la 3 e année consécutive, l’OMSC propose un spectacle éblouissant de la Saint-Nicolas à Buhl. À cette occasion, les lutins buhlois se sont préparés pour accueillir, ce vendredi soir, leur saint patron et son lieutenant, Hans Trapp, les moines et surtout la fanfare des « Hussards d’Altkirch », en tenue d’Empire.


Ce spectacle, unique dans le Florival, à partir de 18 h 30, place de l’église Saint-Jean-Baptiste, sera suivi d’une descente aux flambeaux vers la place du Marché où la fanfare, authentique formation de prestige et de tradition, proposera le répertoire traditionnel de la cavalerie française. Les enfants ne seront pas oubliés car Mannalas et chocolat chaud récompenseront leur présence au spectacle.


( Source L'Alsace )

1 décembre 2011

Un sourire pour le Togo

L’amour inconditionnel


L’association « Un sourire pour le Togo » a achevé vendredi son premier cycle d’actions à but humanitaire par la parabole du « fils prodigue » d’une brûlante actualité, contée en l’église Saint-Jean-Baptiste de Buhl par Jean-Claude Keller.



De gauche à droite : la lectrice Marie-Jeanne Keller, le conteur Jean-Claude Keller
et la musicienne Alexandra Schitter. PHOTO DNA


Jean-Claude Keller, conteur depuis 20 ans, explore depuis 2005 des narrations bibliques datant de près de 2000 ans qui, comme cela est le cas pour celle du fils prodigue, touchent l’auditeur et s’invitent dans l’actualité avec toute leur force. Le conteur a raconté sous forme de quatre tableaux les frasques d’un homme en quête de liberté qui, tenaillé par la faim, est revenu à nouveau vers son père après avoir dilapidé sa part d’héritage.

À son retour, sans un mot de reproche, le père l’a accueilli en le serrant longuement dans ses bras. L’aîné des deux frères, homme obéissant et travailleur a accepté difficilement l’accueil festif que le père a réservé à celui qu’on appellerait peut-être aujourd’hui un délinquant.

Conte, lecture et musique


La parabole est attribuée à Saint-Luc qui semble sous-entendre que cet amour inconditionnel pourrait s’apparenter à celui de l’Esprit Divin. « Loin de tout endoctrinement, cette allégorie est symbolique et porteuse de sens. Elle pourrait être étendue aujourd’hui à l’amour entre un homme et une femme, ou même à toute autre relation amicale entre deux êtres », a développé le conteur. « Quel parti prendrions-nous si nous étions confrontés à une situation analogue ? Celui du père ou celui du fils aîné ? » Cette réponse ne peut être que personnelle à l’image de celle qui a été proposée par Jean-Claude Keller qui s’est demandé quant à lui comment le jeune fils aurait pu s’intégrer à nouveau aux côtés du père et de son frère aîné après un échec personnel aussi cuisant.


Les quatre tableaux constituant la veillée de conte étaient habilement entrecoupés par plusieurs lectures de Marie-Jeanne Keller qui s’est proposée de situer le conte dans son contexte géographique et historique d’une société agraire d’il y a 2000 ans. La lecture d’une lettre rédigée par Charles Singer, père des Chemins d’Art Sacré d’Alsace, a été fortement appréciée. Le souffle de la musicienne Alexandra Schitter a enfin contribué à offrir au public des moments de respirations musicales qui étaient propices à la méditation. Elio Piaia, au nom de l’association « Un sourire pour le Togo » s’est dit « très touché par la grande mobilisation des Florivaliens autour du projet humanitaire conduit par le comité de l’association » qu’il préside. Le montant des dons servira comme prévu dans quelques semaines à l’équipement d’une école et d’un hôpital au Togo. Le père Damien Moglo veillera en personne à la juste répartition des fonds sur place.


(  Source D N A    par G.G )


30 novembre 2011

Cyclo-cross : les sportifs en selle pour le Téléthon

Le départ de la course "élites  Photo Bernard Biehler



Le cyclo-cross du Téléthon, organisé par la MJC de Buhl, a enregistré dimanche dernier la participation de plus de 80 coureurs toutes catégories confondues : seniors, espoirs juniors, masters, cadets et féminines.

Malgré l’absence des deux ténors régionaux, Laurent Spiesser et Damien Mougel, la course a sacré un beau vainqueur, avec le Postier mulhousien Maxime Marotte, victorieux à Soultz dernièrement, et qui sera un candidat sérieux pour la conquête du titre de champion d’Alsace, dimanche, à Blodelsheim.

Le Soultzien Cyrile Fretz termine à la 9 e place et le coureur de la MJC de Buhl, Jérôme Hert au 23 e rang (lire les résultats complets dans L’Alsace du lundi 28 novembre).

Tous les sportifs ont apporté leur soutien au Téléthon, puisque l’inscription par coureur, 4 € pour les jeunes et 6 € pour les adultes, sera reversée à l’AFM ainsi que la recette de la buvette.

Le forfait d’organisation de l’épreuve versé par la MJC à la Fédération de cyclisme sera également redonné par cette dernière en faveur du Téléthon.

( Source L'Alsace )

Assemblée Générale de la MJC Cyclisme

La belle moisson 2011



L’école de vélo de la MJCB, grande pourvoyeuse en victoires. Photo - DNA


C’est comme d’habitude à sa jeune classe que la section cyclisme de la MJC Buhl doit la grande majorité de ses succès. Pour 2012, vont se poser des problèmes de calendrier, affectant surtout le Tour du Piémont.

Dernièrement, dans la salle du Cercle, la MJC Buhl Cyclisme a tenu son assemblée générale, ouverte par le président Jean-Marc Resch qui a salué les personnes présentes, dont Yves Coquelle, adjoint au maire. Puis, la secrétaire Joëlle Brunori a présenté le rapport d’activités.

En 2011, les effectifs de la MJC Cyclisme se montaient à 45 personnes dont 32 coureurs ; parmi eux, les vingt membres de l’école de vélo. Au contraire de leurs aînés, les jeunes ont pleinement participé aux compétitions de leurs catégories, remportant de nombreux succès de prestige.

Floriane Barberio (benjamins) est championne d’Alsace ; elle-même, Meiky Bickel (pupilles), Joshua Cachulo (poussins) et Gaïa Lauvergne (prélicenciées) sont champions du Haut-Rhin sur piste. Floriane Barberio, encore, sa sœur Ileana et M.Bickel ont remporté le Tour d’Alsace des P’tits Loups. Enfin Valentin Schultz a été sélectionné dans l’équipe du Haut-Rhin pour le Challenge de l’Est des cadets.

Tour de France vs Tour du Piémont


La MJC Buhl a organisé ses manifestations habituelles : le cyclo-cross du Téléthon dès décembre 2010, le stage des cadets du Haut-Rhin en mars 2011, le concours des écoles de vélo (90 participants) en avril, le championnat du Haut-Rhin sur piste des écoles de vélo au vélodrome de Colmar, le 17 e Tour du Piémont haut-rhinois début juillet (26 équipes, dont une représentant la MJC, et 130 participants), le GP de Lautenbach-Zell en août (bonne participation des cadets et pass’cyclisme, peu de minimes) et la course VTT de S t Gangolphe en septembre (nombreux jeunes, peu d’adultes).

Le rapport financier du trésorier Maurice Emmenecker a fait état d’un solde positif de 3030€, grâce notamment à la vente de programmes et à l’organisation de quatre lotos.


En 2012, la MJC Buhl reconduira l’organisation des mêmes épreuves, avec un gros problème concernant les dates du Tour du Piémont haut-rhinois, prévu le premier week-end de juillet, soit les samedi 7 et dimanche 8. Mais ces mêmes jours, le Tour de France sera dans les Vosges (arrivée à La Planche des Belles Filles le 7), le Territoire de Belfort et la Suisse (étape Belfort-Porrentruy le 8).
Nombre de bénévoles ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils donneront la préférence au Tour de France. Deux solutions alors pour les organisateurs : avancer le Tour du Piémont d’une semaine (30/6-01/07), au risque d’une participation moindre, ou "sauter" une année.

Yves Coquelle a félicité, pour sa part, la MJC Cyclisme pour ses succès et l’a assurée du soutien de la municipalité de Buhl et l’on s’est retrouvé autour du verre de l’amitié.


(  Source D N A   par G.G   )

28 novembre 2011

Solidarité : Deux week-ends d’animations

Pour la 15 e année consécutive, la MJC de Buhl organise une grande manifestation en faveur du Téléthon, à laquelle elle a associé de nombreux partenaires associatifs


L’équipe du Téléthon planche sur les préparatifs. Photo DNa

 

Les écoliers de tout le Florival courent pour le Téléthon. C’était déjà le cas lundi 21 novembre, à la zone de loisirs pour le Haut-Florival ainsi que le 25 au stade d’Issenheim pour l’école primaire d’Issenheim. Ce sera encore le cas le mardi 29 novembre à l’IUFM de Guebwiller pour les écoles de Guebwiller et le mardi 6 décembre à Buhl pour l’école… de Buhl.


Hier avait lieu le cyclo-cross du Téléthon ouvert à tous les licenciés F.F.C. sur un circuit tracé rue du Breuel – Kentelackerweg – rue de la Forêt – rue de l’Eglise, l’arrivée étant jugée près du cimetière de Buhl. Il a regroupé toutes les catégories de coureurs. À 13 h, chez les jeunes, les poussins, pupilles, benjamins, minimes se sont élancés suivis à 14h des juniors, masters et cadets. À 15 h, les seniors 1 – 2 – 3 et pass’open ont été les derniers à donner des coups de pédale.

Le dimanche 4 décembre sera la journée phare avec plusieurs animations. Elles démarreront à 9h30 avec une promenade guidée par Gaston Lidy, guide diplômé. Elle conduira les marcheurs à la découverte des carrières de Buhl à travers le vignoble. Elle sera suivie de la corrida (voir ci-dessous), course à pied dans les rues du village. Les minimes et les cadets s‘élanceront à 9h30 pour une boucle de 3,8 km. Ils seront suivis des poussins et benjamins à 9h31 pour une boucle de 1,9 km. À 10h, ce sera l’heure de la course des as pour une distance de 10 km.

Un concert exceptionnel de Noël clôturera la manifestation. Il sera donné par la chorale de « La Cigale du Florival » à 16h30 à l’église de Buhl.

Des ventes d’objets et de pâtisseries seront proposées de 9h à 15h au Cercle.

Un large programme au service de la recherche sur les maladies génétiques.

( Source DNA )

Chœur d’enfants la Cigale du Florival

Chant pour le Téléthon


Dimanche 4 décembre, l’église S t-Jean-Baptiste de Buhl sera le cadre d’un rendez-vous musical avec la participation de la Cigale du Florival, chœur d’enfants de Guebwiller, placé sous la direction de Claude Jeannin.


Pour sa tournée de Noël, la Cigale du Florival ne s’arrêtera qu’une seule fois
dans le secteur de Guebwiller, le 4 décembre à Buhl.

 
La traditionnelle tournée de concerts de Noël de La Cigale connaît un beau succès chaque année. Le calendrier, qui affiche complet, mènera la troupe à travers toute l’Alsace en ce temps de l’Avent. La Cigale ne se produira qu’une seule fois dans le secteur de Guebwiller, à Buhl précisément, ce 4 décembre.

Le programme au titre évocateur « Noëls traditionnels et de toujours » est composé des chants les plus beaux pour fêter la Nativité, ceux qui ont auréolé les Noëls de maintes générations et qui sont tant écoutés à l’approche de cette célébration universelle.

Quatre tableaux avec les Rois mages, saint Nicolas et les anges


Le spectacle a connu un grand succès lors de ses très nombreux concerts en 1997-1998, et il a fait l’objet de la sortie d’un CD accompagné des paroles devenues désormais incontournables pour chanter ensemble sous le sapin.


L’interprétation des chants évolue selon quatre tableaux thématiques qui symbolisent ce temps d’attente vers la lumière de plus en plus vive de Noël. Hervé Crenner accompagne l’ensemble à l’orgue ou au piano avec talent et finesse, en alternance avec le chœur et une kyrielle de jeunes solistes aux voix claires et aériennes.


Des petites mises en scène rendent le concert vivant : les anges descendront du ciel, saint Nicolas sera là en personne. Les Rois mages brilleront de tous leurs feux, chargés de cadeaux pour l’enfant Dieu… Le concert devient spectacle et les auditeurs sont invités à conjuguer leurs voix avec celles des choristes pour les chants les plus connus : La légende de saint Nicolas, Venez divin messie, Minuit Chrétiens, Les anges dans nos campagnes ou encore Mille colombes. Une production de saison portée par des enfants talentueux.

Concert à 16h30, église S t-Jean-Baptiste de Buhl. Entrée libre – plateau au profit du Téléthon. Informations auprès de Marie Derive au   03.89.74.28.50 ou   06.20.83.29.56.

( Source DNA   )

27 novembre 2011

La Saint-Nicolas fêtée avec les Hussards d’Altkirch

Pour la 3 e année consécutive, l’OMSC propose un spectacle éblouissant pour fêter saint Nicolas dans la cité Saint-Jean.


L’atelier couture de l’OMSC avec Sylviane, Nadine, Joanna, Marie-Pierre et Audrey.
  Photo Bernard Erhard

Garder l’âme d’une tradition, tel est le fil conducteur du comité directeur de l’Office municipal des sports et de la culture de Buhl. Aussi, vendredi prochain, après la tombée de la nuit, les enfants seront, sans nul doute, au rendez-vous avec saint Nicolas et Hanstrapp, place de l’Église à Buhl.
« Un beau spectacle attendra les visiteurs.

Cette année, l’animation sera rehaussée par la fanfare des Hussards d’Altkirch, qui sera la première fois dans le Florival, comme ce fut le cas les deux années précédentes avec les Grognards de Haute Alsace.

Après le spectacle sur la place de l’église Saint-Jean-Baptiste, somptueusement illuminée, c’est en cortège, ouvert par deux sapeurs-pompiers locaux, en tenue d’époque, que tous se dirigeront vers la place du Marché pour le concert de la fanfare des Hussards d’Altkirch. Le moment tant attendu par les petits et les grands, couronnera cette soirée en l’honneur des enfants, avec distribution de chocolat chaud et de Mannalas, ainsi que des parts des deux grands Mannalas de trois mètres qui auront été découpés sur place », souligne le président, Yves Coquelle.


Le bénévolat de l’équipe organisatrice


Nadine, Joanna, Marie Pierre, Audrey et Sylviane ont mis leur talent de couturières à contribution depuis quelques semaines, où elles se retrouvent pour confectionner les costumes des lutins et des capes pour le spectacle et le défilé. Déjà innovatrices et bien engagées lors du quiz de Pâques, elles ont à nouveau débordé d’imagination pour cette fête destinée aux enfants, mais démontrent qu’elles gèrent bien les dépenses, cette manifestation étant entièrement financée par l’OMSC.

Formation de prestige


La fanfare des Hussards d’Altkirch est une authentique formation de prestige et de tradition. Elle est une des toutes dernières fanfares de cavalerie traditionnelle de la France, descendante directe du 8 e Régiment des Hussards.

Ce prestigieux régiment créé en 1793, a servi les deux Empires et toutes les Républiques. Stationné en Alsace, à Altkirch, les trente dernières années de son existence, le régiment et sa fanfare ont été dissous en 1993. La fanfare a été recréée, sous statut associatif, le 11 novembre 2000, par quelques nostalgiques et anciens musiciens appelés et engagés.

Elle est agrémentée par la tonalité des timbales, les excellentes trompettes de la formation à deux voix, qui assurent l’éclatante sonorité de la fanfare, par des trompettes-cors, trompettes-basses et contrebasse et d’un efficace pupitre de tambours, grosses caisses et cymbales.

Forte aujourd’hui d’une vingtaine de musiciens, venant des quatre coins du département, elle cultive, entretient et sauvegarde le répertoire traditionnel de la cavalerie française ainsi que l’esprit des Hussards.

VENDREDI 2 DÉCEMBRE

18 h 30 : illumination de la place de l’église et vente de lampions

19 h : fanfare des « Hussards d’Altkirch » en tenue Empire ; spectacle féerique des lutins puis arrivée des moines de Murbach, de saint Nicolas, du Hanstrapp avec l’âne.

Cortège aux lampions vers la place du marché, concert des Hussards d’Altkirch, distribution de chocolat chaud et de Mannalas et vente de vin chaud.


         ( Source L'Alsace  par Bernard Erhard   )

Féeries de Noël

La 11 e édition du marché de Noël de Buhl se déroule en cette fin de semaine devant l’école élémentaire Kœchlin.


La musique Harmonie lors de l’inauguration du marché de Noël. PHOTO DNA

Ouvert au public hier en début d’après-midi au cours d’une joyeuse réception animée musicalement par l’Harmonie de Buhl dirigée par Yves Coquelle, cette manifestation saisonnière est placée sous la responsabilité des jeunes membres du conseil communal des jeunes.

Rentrer dans l’ambiance des festivités de fin d’année

Une quinzaine de chalets en bois, mis à la disposition des organisateurs par la communauté de communes, ainsi que quatre structures en toile prêtées par les communes du Florival, accueillent des artisans ainsi que des particuliers particulièrement bricoleurs qui proposent à la vente nombre d’idées de cadeaux et des décors pour le temps des fêtes : ouvrages de dames, cartes de vœux, objets en bois, crèches et santons, peluches, jouets traditionnels, chemins de table, bonnets, chaussons et écharpes en laine… mais également miels de producteurs locaux, gâteaux secs et pâtisseries, jus de fruits artisanaux ainsi que les incontournables marrons chauds et barbes à papa.


Pour un hiver bien au chaud. PHOTOs DNA
Sur ce marché les chalands trouvent également des stands tenus par quelques associations humanitaires, d’autres proposant les travaux des élèves des différentes écoles de Buhl. Sans oublier la bourse aux jouets tenue par les jeunes au profit des Restos du cœur.

(  Source D N A )