Réalisation et Conception du Blog : Jean-Marc Coquelle

Cette page d'informations concernant Buhl n'est pas une émanation des Élus de la Municipalité de Buhl ni au service de ces derniers.


Réalisation et Conception du Blog : Jean-Marc Coquelle

30 novembre 2014

Les créations de l’Atelier 3 K’Art

Sylvain Berst, Laetitia Saren et Sébastien Garrigue sont trois artistes qui s’épanouissent à travers l’art en général. Leurs œuvres sont à découvrir dans leur atelier 3 K’Art à BuhL.

Photo L’Alsace/Bernard Erhard
 
Depuis cette semaine, trois artistes ont ouvert l’atelier « 3 K’Art » dans la cité buhloise où ils se sont établis. Sylvain Berst, Laetitia Saren et Sébastien Garrigue proposent un grand choix artistique conjuguant l’infini petit aux réalisations majestueuses, de la verrerie aux fresques murales sans oublier les œuvres sculpturales.

Sylvain Berst est un artiste peintre, dessinateur, sculpteur autodidacte, à l’origine tailleur et graveur sur cristal. « Mes passions sont multiples dans le domaine de l’art, ainsi j’ai beaucoup d’échanges avec des artistes d’autres horizons. Comme céramiste je dispense des cours dans l’atelier buhlois, toutes les semaines », raconte Sylvain Berst que les Buhlois ont déjà pu découvrir au Petit Montmartre lors de ses créations en live.

À la recherche de l’expression créative



Sébastien Garrigue, souffleur et décorateur de verre de formation, recherche à attirer les gens vers de petits objets. « Je travaille la perle. Quand je file le verre au chalumeau c’est suivant l’humeur du moment, sans barrière, sans limite, sans frontières », résume le jeune homme, passionné par le verre depuis toujours. « C’est l’effet verre qui est en moi. » Ses réalisations sont des plus étonnantes.


Laetitia Saren, maquilleuse prothésiste pour effets spéciaux, a sculpté la matière plastique durant ses études. Aujourd’hui, elle sculpte le verre, Sébastien Guarrigue lui ayant transmis son savoir. « Je façonne des bijoux en perle de verre et des figurines fines et délicates. Le verre quand on y a touché c’est prenant, cela détend, c’est la magie de l’art du feu. J’y suis à deux cents pour cent. »

Sylvain Berst, Laetitia Saren et Sébastien Garrigue composent un trio toujours à la recherche de l’expression créative. Une petite visite s’impose donc à la galerie Atelier 3 K’Art où le choix est multiple. On y découvre, notamment, des bijoux, du mobilier disign, des céramiques, des fresques, des tableaux.

Vendredi dernier, les trois artistes avaient convié élus et amis à prendre part au vernissage.

Y ALLER L’Atelier 3 K’Art est ouvert jusqu’au 23 décembre, tous les jours de 10 h à 18 h, au 1c rue Saint-Gangolphe à Buhl. Tél. : 06.72.01.29.11.

( Source L'Alsace )
 
 

29 novembre 2014

Cyclo-cross du Téléthon

Les Buhlois à domicile

Comme tous les ans, le cyclo-cross de Buhl lancera demain les manifestations du Téléthon 2014, avec une semaine d’avance sur les autres actions. On en sera à la 16e édition de l’épreuve

 
Une belle bagarre en perspective avec également Hofstetter (CC Étupes) ici devant Schneider (au fond) PHOTO DNA – MK
 
Dans les pelotons des différentes courses, les coureurs engagés par la section cycliste de la MJC locale auront à coeur de briller devant un public tout acquis à leur cause. Le contexte leur sera en tout cas favorable et on pourrait bien enregistrer demain la victoire d’un coureur de Buhl, voire de deux. Dans l’épreuve dite des As –, ce serait une première. Depuis le 1er novembre, Cyrille Fretz porte le maillot de la MJCB et, sans y voir forcément une relation de cause à effet, il monte progressivement en puissance, comme en attestent ses résultats.

Fretz en favori



Avec deux victoires à son actif, à Montbéliard le 9 et à Illzach dimanche dernier, dans des épreuves FFC (il compte aussi deux succès en FSGT), il est l’homme en forme du moment. Ce serait alors sa troisième victoire dans le cyclo-cross du Téléthon, après celles de 2000 et 2002, mais c’était dans une autre vie (cycliste) et sous d’autres couleurs ! Tout dépendra évidemment des adversaires qu’il va trouver sur son chemin. Mais au plus mal, une place sur le podium lui semble assurée. Autre Buhlois à suivre, le cadet Antoine Burger, lui aussi en belle condition.

Rappelons que le 12 octobre dernier, à Besançon, lors de la première manche de la Coupe de France de cyclo-cross, il fut le seul de son équipe à terminer dans le même tour que le vainqueur, ce qui lui permit de franchir la ligne d’arrivée, ses camarades étant arrêtés par les commissaires alors qu’ils se trouvaient à un ou deux tours des meilleurs ! Entre temps, Quentin Rusch a pris de l’assurance et s’est classé deuxième, il y a quinze jour, à Aschbach dans le Bas-Rhin. Il sera aussi de la fête dimanche avec les deux autres "mousquetaires" présents à Besançon, Xavier Fischer et Théo Schoenn.

 Cyrille Fretz affiche en ce moment une forme resplendissante

 Les plus jeunes seront aussi de la partie, en lever de rideau. Et on retrouvera tous les membres de l’école de vélo du club, des minimes aux poussins. Dans l’épreuve des masters, le voisin soultzien Stéphane Gaering aura assurément son mot à dire. Mais avec un Pascal Reverdy actuellement en grande forme et fort de son expérience passée, il aura fort à faire, comme on a pu s’en rendre compte il y a huit jours à Illzach.

Renseignements pratiques : Départ chemin du Kentelacker : 13h Jeunes et Minimes – 14h Juniors et Masters (40mn), Cadets et Féminines (30mn) – 15h Seniors 1/2/3, Espoirs, Pass D1/2/3/4 (50mn). Arrivée rue de la Forêt.
 
( Source DNA )
 

28 novembre 2014

MJC Buhl : 18e Téléthon.

La MJC Buhl organise pour la 18e fois le Téléthon du Florival qui débutera sur les chapeaux de roue ce dimanche avec le cyclo-cross et se poursuivra, dimanche 7 décembre, avec la Corrida et des animations. Un beau programme en perspective pour une grande cause.

 
La dynamique et fidèle équipe de la MJC de Buhl. PHOTO DNA – ziz
 
 
Maurice Emmenecker, directeur de la MJC de Buhl et ses fidèles collaborateurs étaient bien occupés vendredi dernier pour peaufiner le programme. L’équipe, composée de René et de Régine Hueber, Joëlle Brunori, Dorothée Priolet, Georges Fabian, Christophe Peter, président de la MJC, Raphaël Jacob, Guy Raimondi, Fabien Vieltus, Louis Aurez, Jean-Marc Resch, Thierry Fischer, Patrick Werner et Sébastien Schuppfer se sont ensuite attelés au pliage des 1500 flyers qui seront distribués.

Le programme


Les manifestations débuteront ce dimanche 30 novembre par un cyclo-cross, sur le circuit de la rue du Breuil – Kentelackerweg – rue de la Forêt – rue de l’Église où circulation et stationnement seront interdits de 12 h 30 à 16 h 30.

Départ à 13 h pour les jeunes, suivi à 14 h par les juniors, féminines, masters, cadets et, à 15 h, par les trois catégories seniors et les pass’cyclisme. Proclamation des résultats et remise des prix à 17 h, au Cercle.

Les 1er, 2 et 5 décembre, ce seront les élèves des écoles primaires de Issenheim, de Schweighouse/Lautenbach, Lautenbach-Zell/Sengern, de Buhl qui participeront à des courses d’endurance.

La grande journée


Le dimanche 7 décembre sera entièrement dédicacé au Téléthon.

À 10 h, départ de la 13e Corrida du Téléthon, course ouverte à tous. Un "10 km", bien rôdé, qui partira de l’ancienne usine "Continental Biscuits", rejoindra le Cercle et effectuera cinq boucles de 1,9 km (rue du 5-Février, rue Florival, rue Saint-Gangolphe, rue de la Fabrique et rue du 5-Février).
Préinscriptions 5 euros, avant le 4 décembre, auprès de Maurice Emmenecker, 3
, rue Edmond-Rogelet à Buhl – Tél. 03 89 76 89 41 ou 06 33 36 85 82.

Inscriptions sur place dès 8 h, 7 euros, au Cercle, 2, rue du 5-Février.

La petite Corrida des Jeunes débutera à 9 h 30 pour deux tours (3,8 km) pour les minimes et départ à 9 h 31 pour un tour (1,9 km) pour les poussin (e) s, benjamin (e) s. Inscriptions, 1 euro.
La matinée sera agrémentée d’un apéritif-concert au Cercle offert par la Guggamusik locale, "D’Behler Schlappabader". Buvette, stands casse-croûte et pâtisseries (tous les dons sous forme de pâtisseries et autres gâteaux seront les bienvenus) seront ouverts de 9 h à 17 h. Le Maquet' Club de la MJC dévoilera son exposition à partir de 14 h.

À 17 h, un concert de Noël sera offert à l’église par l’Accordéon-club de Rouffach dirigé par Pascale Remtschek et par la chorale "Unis’Sons" dirigée par Aline Hueber, accompagnée au piano par Frédéric Arnold.

À plus petite échelle, ces dames peuvent noter que le Studio-Coiffure Marie Reyer reversera 15 % de ses recettes du samedi 6 décembre au Téléthon (tél. 03 89 76 88 47).
L’an passé, la MJC de Buhl a remis un chèque de 5 348 euros à l’AFM ! Et cette année ?
 

( Source DNA par ziz )

27 novembre 2014

Un gala à l’accent parisien

Fernand Munsch a été mis à l’honneur, samedi soir, pour soixante-dix années de dévouement musical au sein de l’Harmonie de Buhl.

L’Harmonie de Buhl. Photos L’Alsace/Bernard Erhard

L’Harmonie de Buhl, sous la direction de son président, Yves Coquelle, a retrouvé son public, samedi dernier lors de son gala annuel dans la salle de gymnastique de Buhl. À la suite du succès estival du Petit Montmartre buhlois, les musiciens de l’Harmonie n’ont pas hésité à rebondir, en proposant en grande majorité un répertoire « parisien » dans un décor adapté avec le Moulin Rouge et la Tour Eiffel. Aussi, le final de la première partie était-il consacré à la capitale avec les Champs Elysées, de Joe Dassin et les refrains de Paris : Fleurs de Paris, Domino, Au lycée papillon, La vie en rose, C’est si bon, Les beaux dimanches, La chanson du maçon.

Drapeau alsacien

« Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine »
en harmonie avec le public.

Un autre moment fort en première partie : le drapeau alsacien dévoilé, une petite Alsacienne sur le devant de la scène, et la marche d’actualité Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine, ont soulevé un tonnerre d’applaudissements, l’ensemble de l’auditoire s’étant levée pour ovationner les musiciens !

Lors de la deuxième partie, le public a retrouvé le Grüas us’m Bluamathal et les derniers tubes d’outre-Rhin avec son chanteur, Jean-Paul.

 

 

 

Fernand Munsch à l’honneur



Troisième acte de cette première partie : la mise à l’honneur de Fernand Munsch, qui s’est vu remettre la médaille d’or de la fédération de la musique par le président et directeur Yves Coquelle, et la médaille communale par le maire, Fernand Doll.

 C’est sous la houlette de son père, Arthur, que Fernand Munsch a fait ses débuts avec son instrument de prédilection, le saxo ténor, à l’âge de 11 ans, soient depuis soixante-dix ans. Son père était à l’époque directeur de l’Harmonie de Buhl (1938 à 1954), mais également directeur de la société de mandolines de Guebwiller durant plus de trente ans. Arthur Munsch avait plusieurs cordes à son arc musical, et les Munsch étaient une famille de musiciens. Fernand Munsch a fait valser bien des couples par le passé à l’hôtel de l’Ange, à Guebwiller, chez Bohrer à Rouffach, dans les kilbes de toute la région, avec l’orchestre musette Émilienne.

La médaille d’or de la fédération de la musique pour Fernand Munsch.

Membre du comité depuis plus de quarante ans, Fernand Munsch a toujours secondé Yves Coquelle et lui donne encore aujourd’hui de précieux conseils. Pour lui, «la musique harmonie a une âme». Après chaque répétition hebdomadaire, la troisième mi-temps est très importante : elle scelle l’unité de l’harmonie, favorisant l’ambiance et la solidité du groupe.

Yves Coquelle a également remercié l’assistance pour sa fidélité, saluant le conseiller général Alain Grappe, les maires et adjoints de la vallée, les présidents et représentants des associations florivaliennes.


( Source L'Alsace )

26 novembre 2014

Assemblée générale du Tennis Club

En toute sérénité

Le Tennis-Club a récemment tenu son assemblée générale ordinaire. La saison écoulée a été dans la droite ligne des précédentes.

 
 
Aldo Pedetti, le président du TC Buhl, a mené sereinement son AG PHOTO DNA – G.G.
 

Le président Aldo Pedetti a ouvert la séance en saluant et remerciant les personnes présentes, en particulier Yves Coquelle, représentant le maire de Buh et président de l’OMSC, et Maryse Gavroy, représentant le Comité de tennis du Haut-Rhin et son président Jacques Hecke.

Bilan et perspectives



Au rayon des satisfactions pour la saison écoulée, d’abord la possibilité d’utiliser le gymnase du collège pour un entraînement « hivernal », le dimanche matin de janvier à mars. Et aussi l’engagement d’une équipe masculine en championnat départementale, avec des rencontres « disputées dans la bonne humeur », le principal argument des Buhlois dans un contexte relevé !

Au chapitre des déceptions, la baisse du nombre des licenciés (12 aujourd’hui). « Il y a certes la crise actuelle, mais pas seulement, a déploré le président. Les jeunes manquent incontestablement de motivation et font preuve d’individualisme, des maux propres à la société d’aujourd’hui. »

Le club s’est investi dans la vie associative et communale, en participant à diverses manifestations comme la cavalcade de Carnaval, avec la fabrication des confettis. Il a été représenté aux AG du Comité départemental et de la Ligue d’Alsace par Maryse Gavroy licenciée au TC Buhl.

Sont prévus pour 2015, l’engagement d’une équipe en championnat, la programmation d’une ou deux journées de travail sur les courts, la participation à la vie de la commune…

La promesse d’un club-house



Le président Pedetti a demandé instamment à la municipalité de poser des portes pour empêcher le passage anarchique près des courts de nombreuses personnes qui se rendent à l’espace de jeux situé plus en amont.

Le trésorier Guy Wendling a présenté un bilan financier en déficit à cause de l’achat « unique » d’équipements pour les joueurs de l’équipe. Les réserves en caisse permettant d’absorber cette perte.

Après une brève AG extraordinaire pour l’adoption de nouveaux statuts mieux adaptés aux réalités actuelles, la parole a été donnée aux invités.

Yves Coquelle, le président de l’OMSC, a d’abord remercié le Tennis-Club pour son implication dans la vie de la commune et a solennellement renouvelé une promesse de campagne de l’actuelle municipalité, la construction au cours du mandat d’un club-house. Il est aussi revenu sur les subventions municipales versées aux 21 associations buhloises et leurs 1 114 membres, pour un total de 20 525 € où le Tennis Club a sa part.

Au nom du comité de tennis du Haut-Rhin, Maryse Gavroy a incité le club à développer des actions en faveur des jeunes même si les choses sont très difficiles dans le contexte actuel.

( Source DNA)

25 novembre 2014

Marché de Noël


Les  Samedi 29 et dimanche 30 novembre

Le marché de l’avent à Buhl se tiendra le samedi 29 novembre et dimanche 30 novembre, place du Marché.

Sur place les exposants proposeront des sujets artisanaux et de décorations : bougies, boules de Noël, couronnes de l’avent, cartes de vœux, bijoux fantaisies et de nombreuses idées cadeaux. Les artisans et restaurateurs locaux proposeront des stands de petite restauration avec tartes flambées, jambon, saucisses, potages, fromages, marrons chauds, Mannala, pâtisseries, confiseries, miel, vin chaud, bière de Noël pouvant être dégustés sur place.

Durant toute la durée du marché les visiteurs pourront profiter de la ferme vivante, de balades à dos d’âne et en sulky. Quant aux enfants ils pourront profiter du stand de maquillage.



 Samedi 29 novembre :
15 h 30 inauguration avec la Musique Harmonie de Buhl ;
16 h ouverture officielle du marché.
Nocturne jusqu’à 21 h.

Dimanche 30 novembre : ouverture en continu de 14 h à 19 h. Présence d’un orgue de barbarie.

( Source OMSC )

24 novembre 2014

L’Harmonie en concert : L’Harmonie en concert

Une somptueuse prestation

Sous la baguette de son directeur et chef, Yves Coquelle, l’Harmonie de Buhl a offert pour la Sainte-Cécile un concert éclectique, entrecoupé de forts moments d’émotion partagée.

 
Fernand Munsch (au centre), récompensé par sa fidélité à la musique Harmonie par Fernand Doll (à g.) et Yves Coquelle. PHOTO DNA – ziz


Samedi soir , la salle de gymnastique de Buhl était archicomble à l’occasion du gala annuel de l’Harmonie, dont le chef, Yves Coquelle, a exprimé son vif plaisir d’accueillir un public si nombreux parmi lequel se trouvaient, accompagnés de leurs conjoints, Fernand Doll, maire de la commune, les adjoints, les membres du conseil municipal, le conseiller général Alain Grappe,  Christian Fabacher, vice-présidents de l’OMSC, René Gross, maire de Murbach, Pascal Di Stefano, premier adjoint au maire de Hattstatt, les représentants d’associations buhloises et extérieures.

Emotion à vif



Yves Coquelle n’a pas manqué de remercier toutes les personnes qui, des plus petites tâches aux plus grandes, ont aidé à mettre en place l’organisation de la soirée, les sponsors et les musiciens qui ont participé aux très nombreuses répétitions (jusqu’à trois répétitions générales cette dernière semaine) pour assurer le succès de la soirée.

Le programme musical avait été soigneusement choisi pour plaire à tout le monde avec, toutefois, des compositions et arrangements mettant en valeur le pupitre des barytons qui, d’entrée, ont offert un très beau solo dans la « Mars der Medici » du Hollandais Johan Wichers.

En l’honneur du « Petit Montmartre buhlois », cette manifestation estivale festive qui se déroule sur la « Butte » de Buhl, représentée lors du concert par une Tour Eiffel de lumière et un Moulin Rouge, les musiciens ont joué un pot-pourri de chansons de Charles Trenet, des refrains de Paris, « Les Champs-Elysées » de Joe Dassin… Tout autant applaudis par le public que les marches, les valses, les polkas, les rocks, qui démontraient l’éclectisme de l’Harmonie. Cette belle ambiance de fête, de légèreté, a soudainement été enrichie par l’apparition du drapeau alsacien, d’une petite Alsacienne et l’exécution de la marche de 1871, « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ». Le public, touché au cœur et, pour certains, avec des larmes dans les yeux, s’est levé pour applaudir à tout rompre.

Hommage à un grand monsieur



Une seconde vague d’émotion a touché le public lorsque Yves Coquelle a demandé à un grand monsieur de la musique d’harmonie, Fernand Munsch, de le rejoindre sur scène. Les anciens se sont souvenus de celui qui les avait fait danser avec son orchestre-musette « Emilienne » à l’hôtel de l’Ange, au « Canon d’Or » à Guebwiller, chez Bohrer à Rouffach, aux kilbes… et qui est resté fidèle à l’Harmonie de Buhl depuis quarante ans.

Le maire de Buhl n’a pas manqué de lui remettre la médaille de la commune et Yves Coquelle, la médaille d’or de la Fédération de la musique. Et, avant d’entamer la seconde partie du concert, les musiciens de l’Harmonie et leur chef ont souhaité un bon anniversaire à l’un des leurs, Claude Decker, qui fêtait ses 82 ans.

( Source DNA )

L’étrange femme-grenouille

Photo Bernard Erhard

Le conteur Jean-Claude Keller a narré, vendredi soir, au Cercle à Buhl, le monde merveilleux du Brésil. Malgré un public un peu clairsemé, Jean-Claude Keller reste toujours aussi plaisant et captivant et ce, quelle que soit l’origine des contes et légendes. Pour cette soirée, au profit des Restos du cœur, il a plongé son public dans les contes du Brésil avec l’étrange femme-grenouille, l’orgueilleuse princesse jaguar, l’elfe amazonien…

Des contes qui s’habillent aux couleurs du pays où ils vivent. Des contes qui, comme tous les autres à travers les pays et régions, sont des messagers qui ont une portée initiatique. Ils répondent aux grandes questions que se posent les hommes au sujet de leur destinée, du mal, de la mort, de l’amour et de l’au-delà.

( Source l'Alsace )

20 novembre 2014

« Kàlti Fiess, wàrmes Harz ! »

Photo L’Alsace/Bernard Erhard

Pour la deuxième année consécutive, l’office municipal des sports et de la culture de Buhl a renouvelé sa confiance à la troupe du théâtre alsacien de Rouffach.

Dimanche dernier, au Cercle, les acteurs ont proposé une comédie en trois actes écrite par Claude Dreyer « Kàlti Fiess wàrmes Harz ! » « Cela rappelle les belles années passées, mais surtout permet aux personnes âgées de sortir et de venir se distraire.

La plupart sont venues à pied en ce dimanche après midi, et la salle était presque complète. C’est une initiative qui plaît », a résumé le président de l’OMSC, Yves Coquelle, qui a accueilli et choyé, avec son comité, les nombreux spectateurs.

( Source l'Alsace )

19 novembre 2014

OMSC : Voyages au gré du vent

Les ballons qui ont été lâchés lors de la 2e édition du Petit Montmartre Buhlois ont, pour certains, transporté très loin les noms, dessins et messages amicaux de plusieurs enfants de l’école Koechlin de Buhl.

Yves Coquelle et Serge Montagnon, président et vice-président de l’OMSC ont récompensé 10 élèves de l’école Koechlin. PHOTO DNA
 
Lundi après-midi, Yves Coquelle, adjoint au maire et président de l’Office Municipal des Sports et de la Culture de Buhl, ainsi que Serge Montagnon, vice-président de l’OMSC, ont tenu à valoriser en présence de Rémy Aubertin, directeur de l’école Koechlin les 10 élèves dont les ballons lâchés à Buhl le 22 juin dernier ont franchi la plus grande distance dans les airs poussés par les vents d’Ouest.
 
 Tout en adressant une petite pensée à tous ces inconnus qui ont pris le temps de renvoyer la carte décorée par chaque enfant, les organisateurs ont souhaité offrir à ces derniers en guise de remerciement pour leur participation, une carte de l’Europe plastifiée indiquant outre le trajet du ballon, le lieu précis où les messages ont été ramassés. Les enfants ont également reçu un stylo ainsi que trois billets d’entrée au cinéma de Guebwiller.
 
C’est le ballon de Julie Rochel qui a franchi la plus longue distance dans les airs en voyageant jusqu’à Zagreb, capitale de la Croatie, un point de chute situé à 948 km à vol d’oiseau de Buhl.
 
 Le ballon de Lena Drouin a été retrouvé quant à lui à Meckenbeuren en Allemagne à 241 km, comme d’ailleurs ceux de Lilian Reich et de Kelya Meyer à Ueberlingen à 201 km du Florival.
 
 Les messages de Ludovic Joss et de Lilou Revel revinrent enfin tous les deux de Hilzingen toujours en Allemagne, après une allègre escapade de 183 km

 
(Source DNA )

Soirée contes

Le conteur buhlois Jean-Claude Keller joue les prolongations. « Pour moi, cette soirée contes de ce vendredi est l’acte 3 d’une année consacrée au Brésil. En effet, au mois de janvier, à la MJC, j’ai assisté à la projection Brésil, un jardin pour la planète, dans le cadre de Connaissance du monde ; le deuxième acte « planétaire » fut la Coupe du monde de football avec des Bleus qui nous ont fait rêver.
 
Contes brésiliens et légendes amazoniennes avec Jean-Claude Keller.
  Photo L’Alsace/Bernard Erhard

Moi aussi j’ai rêvé puisque fasciné par la découverte de ce pays grandiose et spectaculaire, aussi j’ai eu envie de connaître une autre richesse liée à cette contrée lointaine avec le monde des contes et des légendes. » Jean-Claude Keller narrera le monde merveilleux du Brésil : c’est l’histoire d’un esprit des eaux maléfique mais fragile ; c’est aussi l’histoire d’un elfe amazonien facétieux mais sympathique ; c’est encore l’histoire d’une étrange femme-grenouille amazonienne à la voix envoûtante ; c’est encore l’histoire de l’orgueilleuse princesse jaguar et d’un lapin amoureux.

Et Jean-Claude Keller de conclure : « Les contes sont des messagers qui ont une portée initiatique. Ils répondent aux grandes questions que se posent les hommes au sujet de leur destinée, du mal, de la mort, de l’amour et de l’au-delà. Ils détiennent une sagesse universelle et s’habillent aux couleurs du pays où ils vivent ».

Y ALLER Soirée contes au Cercle à Buhl avec Jean-Claude Keller, vendredi 21 novembre, à 20 h. L’entrée est gratuite ; une corbeille circulera au profit du Téléthon.
 
( Source L'Alsace )

18 novembre 2014

Gala de la Ste-Cécile : L’Harmonie en concert

La Musique Harmonie de Buhl dirigée par Yves Coquelle organisera son concert annuel, samedi 22 novembre prochain à 20 h 30 à la salle de gymnastique. Sur le thème de la chanson française, essentiellement.

 Réservation indispensable

 
La formation « Grüass üss’m Blüamathal » interprétera en 2e partie les derniers succès de la « Blasmusik » d’Outre-Rhin. PHOTO DNA

Fortement ancré dans le paysage buhlois, et cela depuis plus de 120 ans déjà, le concert annuel de la Sainte-Cécile est aujourd’hui encore reconnu comme étant un événement musical incontournable, à ne manquer sous aucun prétexte. Chaque année, ce concert est attendu avec beaucoup d’impatience, autant par les nombreux amateurs de musique et d’harmonie que par les 27 musiciens de l’ensemble qui sont vigoureusement épaulés par huit membres du comité.


Le programme s’annonce exceptionnel, avec en ouverture quelques morceaux choisis de concert traditionnels qui seront suivis par une joyeuse ballade musicale à Paris où l’on pourra notamment reconnaître des airs bien connus de Joe Dassin. Un festival Charles Trenet permettra à l’auditoire de redécouvrir et de fredonner des airs qui s’inscrivent désormais dans le patrimoine culturel français avec, entre autres, « la java du diable » ou encore « mes jeunes années ».



La formation « Grüass üss’m Blüamathal »  en 1986

Dans sa deuxième partie la formation à dominante variété « Grüass üss’m Blüamathal » offrira une place de choix aux derniers succès de la « Blasmusik » d’Outre Rhin avec le chanteur Jean-Paul.
Rappelons que la Musique Harmonie de Buhl participera par ailleurs à l’inauguration du Marché de l’Avent le samedi 29 novembre à 15 h 30 sur la place du Marché. La formation animera également la fête des personnes âgées le dimanche 14 décembre dans la salle de Gymnastique.

Réservations pour le concert de Ste-Cécile du 22 novembre 2014 : Yves Coquelle, président-directeur de l’Harmonie de Buhl. N° 03 89 76 15 52
 
( Source DNA )


 

16 novembre 2014

Remise des diplômes du brevet au collège du Hugstein

Pour un taux de réussite de 91 %, le collège buhlois est largement supérieur à la moyenne académique. Vendredi soir, Frédéric Brugger, le principal du collège du Hugstein à Buhl, avait convié les ex-collégiens pour la remise officielle des diplômes du brevet, un diplôme qui en appelle d’autres.

Il s’est adressé aux élèves : « Ce soir, nous avons voulu donner toute l’importance qu’elle mérite à votre réussite scolaire, vous honorer et faire de cette cérémonie un moment solennel, mais aussi convivial et joyeux qui consacre l’ensemble de vos études menées au collège et qui présente une étape vers votre avenir ».

Les ex-collégiens brandissent leur diplôme. Photo L’Alsace/Bernard Erhard


Le collège du Hugstein est pour le brevet 2014 à 91 % de réussite, largement supérieur à la moyenne académique de 86,30 %. 101 candidats sur 111 ont été reçus : 57 élèves avec mention, 3 TB, 24 B et 30 AB.

Et c’est en présence des professeurs principaux que les diplômes ont été remis, les plus méritants étant récompensés par une remise de chèque cadeau d’un montant de 15 € et de 2 places de cinéma pour les mentions TB et de 10 € pour les mentions B, subventionnés par le foyer socio-éducatif représenté par son président Christian Riethmuller et son trésorier Bernard Fuessinger.

Une petite collation a permis ensuite de poursuivre ce moment dans le hall d’entrée du collège du Hugstein

( Source l'Alsace )

15 novembre 2014

Attention Alerte Cambriolage a Buhl.


Plusieurs maisons ont été cambriolées hier dans la journée dans le lotissement du Burgmatten a Buhl .

Si vous voyer une personne coiffée d'une casquette se promenant seule dans votre quartier et qui effectue des repérages méfiez vous.

 Les habitants sont invités à prendre toutes leurs précautions, et à signaler aux gendarmes tout ce qui peut leur paraître suspect.

✆ 03 89 28 02 10


 

Cyclisme - AG de la MJC Buhl

Un bilan à deux facettes

La section cyclisme de la MJC Buhl a tenu son AG la semaine dernière. Différents sentiments, souvent opposés, y ont été exprimés. Satisfaisante sportivement, l’année 2014 a été décevante sur le plan de la vie associative au sein du club.

Le championnat d’Alsace des Écoles de Cyclisme royalement organisé par la MJC Buhl
PHOTO DNA – GG


En 2014, la section comptait 50 membres dont la moitié constituée de coureurs, avec parmi eux une vingtaine de jeunes. Des performances notoires ont été réalisées, par ces jeunes surtout (entre autres un titre de vice-champion d’Alsace par équipe sur piste FFC), mais aussi par leurs aînés (ainsi le doublé de Frédéric Schaffner et Eric Ostermann au Prix du Muguet à Thann).

Les manifestations organisées par la MJC ont été très appréciées, du cyclo-cross du Téléthon en novembre 2013, au Grand Prix de Lautenbach-Zell en août, en passant par le Trophée Régional des Écoles de Cyclisme le 25 mai, avec plus de 110 participants venus de toute l’Alsace, et l’incontournable Tour du Piémont haut-rhinois début juillet. Des organisations toutes reconduites en 2015.

L’autre soir, la salle du Cercle semblait d’autant plus vaste que moins d’une dizaine de personnes avait répondu à l’invitation du comité ! On se souvient pourtant qu’il n’y a pas si longtemps, la MJC voisine, certes plus petite, était bondée les soirs d’AG.

Revaloriser la vie associative



Dans le rapport d’activités 2014, lu par la secrétaire Joëlle Brunori, le comité a fort opportunément rappelé que «une assemblée générale n’est ni une réunion formelle et ennuyeuse, ni un moment prévu par les statuts, donc inévitable, et qui ne sert finalement à rien», mais «la rencontre la plus importante de l’année qui permet de se poser et de réfléchir en toute sérénité à l’évolution des activités et animations du club».

Il y un an l’accent avait été mis sur la nécessité d’une mobilisation plus importante des coureurs adultes et des parents des jeunes dans les organisations du club. En vain, vu le petit nombre de personnes présentes à l’AG. Un état de fait resté en travers de la gorge des dirigeants et de leur président Christophe Peter, plus d’une quarantaine d’invitations ayant été envoyée !

Quant aux (rares) parents présents, ils ont exprimé leur lassitude d’être toujours les mêmes à se dévouer pour les autres. Des mesures incitatives seront mises en oeuvre la saison prochaine pour favoriser ceux qui s’impliqueront régulièrement dans la vie du club.

Le rapport financier du trésorier Maurice Emmenecker a mis en évidence un solde négatif dû à certaines dépenses «lourdes» (déplacements, «garde-robe» des coureurs), heureusement compensé par les réserves en caisse. Là aussi des actions sont prévues pour faire des économies (participation des coureurs aux frais de déplacement par ex.).

André Denux, président du Comité du Haut-Rhin, qui représentait aussi le comité régional, a dit combien il appréciait le partenariat de la MJC Buhl, en particulier lors de l’organisation matérielle du stage de début de saison pour les cadets haut-rhinois


( Source DNA )

L’harmonie en concert .

Les musiciens de l’Harmonie de Buhl proposeront un concert le samedi 22 novembre à l’occasion de leur gala annuel.

  
L’harmonie de Buhl, l’an dernier, lors du 50 e anniversaire de la Môme Piaf.  
Archives L’Alsace/Bernard Erhard
  
L’harmonie de Buhl, placée sous la direction de son président, Yves Coquelle, retrouvera son public, samedi prochain, lors de son gala annuel. En ouverture, les musiciens proposeront une marche de John Wichers avec Mars der Medici. Puis c’est le baryton qui sera à l’honneur avec trois compositions du chef d’orchestre allemand Heribert Raich : Jubilaùm , une valse de concert ; Tanrantella Brillante , une tarantelle, et Wiesen Walzer, une valse pour baryton.

Y a d’la joie, La mer, La java du diable, Fleur bleue, L’âme des poètes, Mes jeunes années, Je chante… Il s’agit d’un festival dédié à la mémoire de Charles Trenet qui précédera le final de la première partie, consacré à la capitale avec les Champs-Élysées de Joe Dassin et les refrains de Paris : Fleurs de Paris, Domino, Au lycée papillon, La vie en rose, C’est si bon, Les beaux dimanches ou encore La chanson du maçon.

Lors de la deuxième partie, le public retrouvera le Gruas us’m Bluamathal et les derniers tubes d’Outre-Rhin avec son chanteur Jean-Paul.

Le programme de cette soirée de gala est des plus alléchants. Toutes les personnes intéressées sont d’ores et déjà invitées à réserver la soirée et leur place auprès du président Yves Coquelle.

Les prochains rendez-vous du Grüass sont également à noter dès à présent avec l’inauguration du marché de l’Avent le samedi 29 novembre et la fête des personnes âgées, le dimanche 14 décembre, à la salle de gymnastique de Buhl.

( Source l'Alsace )


RÉSERVER Auprès du président de l’Harmonie, Yves Coquelle, en téléphonant au 03.89.76.15.52

7 novembre 2014

Pâtisserie Stein : 110 ans de douceurs .

La pâtisserie Stein de Buhl célèbre cette année ses 110 ans de douceurs raffinées. Avec Pascal et Cathy, c’est la 4e génération des Stein qui fait sienne la devise ornant leur vitrine : « les meilleures choses viennent du cœur » !

 
Cathy et Pascal s’inscrivent dans la 4 e génération des Stein. PHOTO DNA – C.G.


Après plus d’un siècle d’existence, l’entreprise Stein est aujourd’hui une véritable institution. Bien que profondément ancrée dans le paysage commercial buhlois, la réputation du magasin s’étend bien au-delà des limites du Florival. « Les clients viennent souvent de loin pour retrouver quelques spécialités au goût exquis qui ont marqué leur enfance », observe Cathy Stein avec le sourire.

Japonais, Morakopf…



Cette dernière, comptable de formation, contribue aujourd’hui largement au rayonnement de l’entreprise familiale, apportant comme l’ont d’ailleurs déjà fait toutes les épouses depuis 110 ans, une valeur ajoutée aux savoir-faire des pâtissiers de père en fils.

Parmi les spécialités de la maison aux secrets jalousement gardés, l’on pourrait notamment évoquer le fameux Japonais, cette meringue craquante aux noisettes et à la crème-café ou encore le savoureux Morakopf, ce pain d’épice réputé garni de pralinés.

Le lieu a une âme et une histoire. Il est riche en souvenirs partagés. C’est Eugène, l’arrière-grand-père de Pascal qui a créé l’entreprise en 1904, avec Joséphine. « Le village très industrialisé était florissant », rappelle Cathy. « En 1931, lorsqu’André et Lucie ont pris la suite, il y avait neuf boulangeries à Buhl ».

En 1944, les grands-parents font le choix d’interrompre la fabrication du pain, afin de se consacrer exclusivement à la pâtisserie et surtout aux glaces qui eurent un franc succès. Les anciens clients se souviennent encore des files d’enfants qui se pressaient sur le trottoir pour accéder aux boules glacées.

En 1968, Paul et Denise affineront encore le label Stein et à partir de 2003 ce travail se poursuivra avec l’arrivée de Pascal et de Cathy.

En 2008, gardant le souci d’entretenir le meilleur équilibre entre la demande de la clientèle et la production, les jeunes patrons choisissent de fabriquer à nouveau du pain.

La visite de Chirac



Les anecdotes ne manquent pas, comme celle de voir s’arrêter en 1999 devant le magasin la voiture de Jacques Chirac, Ce dernier se rendait à l’école Koechlin, afin d’étudier le dispositif inédit d’aménagement du temps de l’enfant que la municipalité et les enseignants avaient mis en place avant l’heure en partenariat avec les associations. Fin gourmet, le président avait jeté son dévolu sur le Langhopf, une spécialité alsacienne à la cannelle et aux noisettes.

1999 : Visite du Président de la République JACQUES CHIRAC

Afin de célébrer les 110 ans de douceurs et de sourires, manalas, chouquettes et autres boules de pain à la truffe ont égayé durant toute une semaine les papilles des clients. Et l’avenir dans tout cela ? Une 5e génération Stein se profilerait-elle à l’horizon ? Pour l’instant rien n’est sûr car Maxime, en classe de 5e au collège du Hugstein, hésite encore entre l’envie d’engager une profession d’astronaute… ou de pâtissier.


 ( Source DNA par CG )

 

Conseil communal de la jeunesse : Les jeunes élus installés

Le conseil communal de la jeunesse de Buhl composé de 23 élus âgés de 9 à 16 ans a été officiellement installé lundi soir par le premier magistrat Fernand Doll entouré de son équipe.

 
Une soirée d’installation très officielle pour les élus du conseil communal des jeunes réunis dans la salle du conseil de la mairie de Buhl. PHOTO DNA

Créé il y a 18 ans, le CCJ a pour ambition d’être un lieu d’apprentissage des valeurs citoyennes et un moyen d’associer les jeunes à la vie de leur commune. Le 16 octobre dernier les élèves des classes de CM1 et de CM2 de l’école Koechlin, ainsi que les collégiens domiciliés à Buhl, ont élu leurs représentants au sein d’un conseil communal qui est régi par un règlement intérieur très strict. Élaboré par l’équipe du « pôle jeunesse », ce dernier prévoit en effet les modes de désignation, le fonctionnement, les compétences, le calendrier des opérations tout autant que les modalités de scrutin.

 Les 23 jeunes élus constitués en deux groupes d’âge se réunissent au sein de commissions en présence d’un responsable adulte, avant de se retrouver durant deux séances plénières annuelles publiques dans la salle du conseil où le maire ou un adjoint mène alors les débats. Les projets sont pris en considération par le conseil municipal et le rapport annuel d’activités fait l’objet d’une publication dans le bulletin municipal. Lundi soir, l’ambiance était studieuse à l’occasion de la soirée d’installation.

 Dans son allocution, le maire Fernand Doll a tenu à féliciter les jeunes pour leur implication dans la vie de leur village : « C’est une grande décision qui saura vous procurer fierté et satisfaction mais qui implique aussi une grande responsabilité ».

23 jeunes ont été élus



Par la pertinence de leurs questions, les jeunes montreront par la suite qu’ils ne se sont pas engagés à la légère dans ce défi citoyen. Sous la conduite de l’adjointe à la jeunesse Annick Fischetti, de Caroline Boillot, responsable du service jeunesse et en présence de plusieurs adjoints, conseillers municipaux ou parents, les propositions d’action ont en effet fusé. Ces dernières ont été collectées avant d’être rangées en différents pôles. Les pôles citoyen, environnement et propreté se sont dégagés.

Différentes actions ont ensuite été listées notamment celles en faveur du déplacement à vélo ou de la solidarité. Aux côtés des animations l’on relèvera une journée du sport en liaison avec les associations, la participation à la fête de la musique ou l’organisation d’une soirée de jeux de société. À l’issue de la réunion, les jeunes se sont montrés impatients de pouvoir se retrouver bientôt au sein des diverses commissions qui auront sans aucun doute par la suite un impact réel sur le quotidien de la cité.

Les conseillers élus du Groupe I : Camille Scatton, Agathe Sagnard, Chloé Stein, Hector Nussbaumer, Amandine Flory, Delphine Tanga, Maxime Clade, Carline Schreiber et Léna Drouin et Gaëtan Flieg. Les élus du Groupe II : Harry Beardmore, Laurine Schmidt, Margot Syren, Victoria Schwindenhammer, Gabriel Fleuret, Louise Ducatez-Miclo, Louise Huriet, Myriam Giegelmann, Chahinez Harkat, Lucas Fabacher, Valentin Fabacher, Killian Roger et Déborah Clay.
 
( Source DNA par C.G )


3 novembre 2014

Halloween des P’tits Potes.

Photo L’Alsace/Bernard Erhard


Sorcières, vampires, Dracula, diables, squelettes, Frankenstein n’ont pas manqué de défiler dans les rues de la cité Saint-Jean, à la quête de bonbons, notamment chez les commerçants.

C’était le jour d’Halloween, vendredi en fin d’après midi, que la trentaine de bambins entourés des monitrices et moniteurs, mais également accompagnés de parents, s’était grimée, maquillée pour effrayer les Buhlois et Buhloises.

Cette promenade des P’tits Potes âgés de 3 à 12 ans par un temps superbe a scellé la semaine d’activités du centre de loisirs mis en place par la municipalité.

( Source l'Alsace )

2 novembre 2014

Anny Christmann expose à L’Anémone.



Annie Christmann reste toujours aussi passionnée par la peinture et régulièrement elle expose dans la région. Depuis une semaine, c’est à Buhl, au restaurant et pizzeria L’Anémone qu’elle a posé son chevalet pour une palette d’acryliques signés « invitation à l’évasion ». L’artiste est tellement passionnée que lors de ses déplacements son chevalet ne la quitte pas. Mais aux cimaises, on retrouve aussi ses classiques : animaux, clowns, fleurs. Depuis peu elle s’est également lancée dans les peintures à l’huile.

( Source L'Alsace )

1 novembre 2014

Stein : 110 ans de pâtisserie à Buhl

Cent dix ans et quatre générations de pâtissiers installés à Buhl : Pascal et Cathy Stein, les plus jeunes de la lignée, célébreront cette aventure familiale et gourmande du mardi 4 au dimanche 9 novembre dans leur boutique, rue de la Gare. Au menu : des démonstrations et des dégustations.


Paul et Denise Stein (à gauche), leur fils Pascal et son épouse Cathy ainsi que les petits-enfants Maxime et Chloé, fêteront du 4 au 9 novembre les 110 ans de la pâtisserie-chocolaterie-boulangerie à Buhl. Photos L’Alsace/Bernard Erhard

Tout a débuté en 1904. Cette année-là, Eugène Stein et son épouse Joséphine ouvrent à Buhl une boulangerie-pâtisserie. Les affaires marchent bien et, en 1934, c’est leur fils André, marié à Lucie, qui reprend l’affaire et la maison. Mais, au début de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands réquisitionnent le labo. « Quand il a pu réinvestir les lieux, le grand-père de mon mari s’est juré qu’il ne ferait plus de pain et se consacrerait uniquement à la pâtisserie » , raconte Cathy, l’épouse de Pascal Stein. À l’époque, il y avait sept boulangers dans le village. « Lui a choisi d’innover. Par exemple, il a été le premier à faire de la glace » , poursuit Cathy. Pour ce faire, André achetait des blocs de glace qui arrivaient d’une grotte sous le Hugstein. Calés autour de la turbine, ces blocs refroidissaient les préparations.

« Je vais faire le métier du père ! »



À chaque génération ses fils et ses pâtissiers : en 1968, Paul succède à son père, soutenu par son épouse Denise. « Pour ma part, la pâtisserie, j’y suis venu un peu tout seul » , raconte Pascal, le fils de Paul, qui a deux grandes sœurs et qui a commencé par se passionner pour… le foot. Il a même poursuivi ses études dans une section sport-études à Strasbourg. « Un jour, je suis rentré et j’ai dit à ma mère : j’arrête Strasbourg et je vais faire le métier du père ! » Pascal a alors 15-16 ans. La pâtisserie ne lui est pas totalement inconnue : « Comme tous les enfants d’artisans, j’ai aidé mon père de temps en temps. » Ses spécialités quand il était enfant ? « Je couvrais les petits fours et je mettais les amandes au fond des moules à Kougelhopf. Plus tard, pour les Mannala, ma mère me réveillait tôt le matin pour que j’aide mon père à les façonner. Ces jours-là, je n’allais pas à l’école. Je me souviens aussi qu’à 9 h, pour que je tienne, elle me faisait cuire un steak ! »

Pascal Stein réserve de nombreuses surprises gustatives. Photos L’Alsace/Bernard Erhard

Devenir pâtissier, c’est du sérieux. Pascal Stein va à l’école à Colmar et est apprenti chez son père. Il poursuit ensuite sa formation chez Sitter à Colmar avant de découvrir les subtilités du chocolat chez Caprices à Mulhouse. « Chez nous, on travaillait déjà le chocolat mais tout était fait à la main » , précise Pascal Stein. « À mon retour, mon père a acheté une enrobeuse et on a pu développer cette partie de l’activité. »

Faire remonter les demandes des clients



Depuis 2003, il a repris la maison familiale et a converti son épouse Cathy à l’univers de la pâtisserie, comme l’avaient fait son père, son grand-père et son arrière-grand-père avant lui. Comptable de métier, Cathy Stein s’est formée pour rejoindre l’entreprise. « Je suis membre du Centre féminin de la pâtisserie. J’ai appris à conseiller les clients et j’ai travaillé les emballages » , précise-t-elle. Autant d’aspects qui valorisent le travail de son mari et participent au plaisir incomparable de s’offrir un bon et beau gâteau. Elle sait aussi, à l’occasion, faire remonter au laboratoire les demandes des clients. « Par exemple, Pascal travaille peu les desserts au café. Alors, parfois, je l’incite à en proposer. » En coulisse, Pascal est entièrement concentré sur ses créations ; Cathy, depuis la boutique, le guide. C’est qu’une pâtisserie, c’est aussi une entreprise.

Après 110 ans d’activité et quatre générations, tout a changé ou presque. « Aujourd’hui, on ne fait plus les gâteaux et les desserts comme il y a dix ou vingt ans. On parle désormais de design, de couleur, de textures… Chez nous, on a fait des biscuits puis des mousses. Aujourd’hui, on recherche davantage de mâche et de contrastes dans la structure » , insiste Pascal Stein qui suit régulièrement des formations à l’école nationale supérieure de la pâtisserie, mais aussi chez Valrhona pour le travail du chocolat. « Dernièrement, j’ai fait un stage à Turin, en Italie, avec un Meilleur ouvrier de France. »

Un commerce de proximité

Avec l’arrivée de l’automne, il a proposé trois nouveaux mélanges de saveurs : un assemblage subtil et fruité litchis-framboises ; un gâteau pistache, compotée de framboises et coulis d’abricot ; et un cheesecake Streussel. Ses créations, et même ses audaces, plaisent. « Dans un village comme Buhl, les gens sont heureux qu’on leur propose des nouveautés, que nos pâtisseries explorent les tendances actuelles » , constate Cathy Stein.

Un autre gros changement a marqué la boutique : le retour du pain en 2008. « Il ne restait plus qu’un boulanger à Buhl. C’était devenu une nécessité. Les Grands Moulins de Strasbourg sont nos meuniers depuis très longtemps. Avec eux, nous avons rejoint la marque Banette » , indique le couple Stein. Paul a mis un peu de temps à accepter le choix de son fils : c’était un peu comme trahir l’orientation donnée à l’entreprise par le grand-père. Mais le besoin était là. « Cette nouvelle orientation a complètement changé notre activité » , assure Cathy Stein. Le nombre de clients a presque triplé et la façon d’appréhender le commerce a été impactée : « En boulangerie, il faut être efficace. Le client sait ce qu’il veut et dispose de quelques minutes seulement pour faire son achat. En pâtisserie, en revanche, il faut du temps pour bien conseiller le client, qui cette fois est dans un achat plaisir. » Côté magasin, une vendeuse épaule Cathy Stein. En fabrication, une pâtissière épaule son mari et un boulanger a été recruté : « S’il le faut, je fais le pain. Mais pâtissier et boulanger sont deux métiers très différents » , estime Pascal Stein.

Et dans dix ans, à quoi pourrait ressembler ce commerce de proximité ? « Notre ambition, c’est de continuer à promouvoir la pâtisserie auprès des jeunes générations, leur faire découvrir de nouvelles saveurs et de nouvelles textures. Nous voulons aussi continuer à les accompagner dans les événements qui marquent leur vie » , avance le couple. Et puis il y a Maxime qui, du haut de ses 12 ans, a déjà annoncé à ses parents son intention de se lancer à son tour dans la pâtisserie. Il pourrait incarner la 5e génération de Stein à Buhl. « Nous aimerions qu’il prenne son temps pour se former, qu’il découvre aussi la gestion, voire qu’il travaille un temps dans des grandes maisons ou à l’étranger » , glisse la maman. Il faut du temps pour réussir un dessert. Il en faut aussi pour laisser grandir les futurs artisans.

Pascal et Cathy Stein sont aussi des gourmands. Quand on leur demande quel est leur dessert préféré, voilà ce qu’ils répondent :
- La tartelette aux framboises et les desserts à base de mousse chocolat noir pour Pascal Stein.
- Le noisetier, rebaptisé le Murbach, à Buhl, pour Cathy Stein, qui aime aussi tous les desserts à base de praliné et de noisettes. « J’ai dû en manger beaucoup trop quand j’étais enceinte , soupire-t-elle. Aujourd’hui, Maxime, notre fils, est allergique aux noisettes… »

La famille Stein proposera de nombreuses animations pour fêter comme il se doit ce 110e anniversaire. Celles-ci se dérouleront du mardi 4 au dimanche 9 novembre.

« Nous avons prévu des animations journalières dans le magasin autour du pain et de la pâtisserie » , indique Cathy Stein. Les clients pourront découvrir ou redécouvrir des pains spéciaux et des créations gourmandes et sucrées. « Il y aura des dégustations tous les jours » , souligne le couple Stein, qui précise que « mercredi, samedi et dimanche seront plus spécifiquement dédiés à la pâtisserie ». Samedi 8 novembre, plus particulièrement, il y aura des animations festives, un apéritif et des surprises pour tous les clients.


( Source L'Alsace par Élise Guilloteau )